3- Hélène, maman de jumeaux de 4 ans!

Hélène a 39 ans et est maman de 2 garçons monozygotes, Camille et Valentin qui ont 4 ans et demi.

image2Crédit photo: Xavier Lecointe

Elle est investie dans l’association Jumeaux et Plus et a accepté de partager son expérience de maman de jumeaux sur mon blog.

Voici son histoire:

Comment as-tu découvert ta grossesse multiple?

Lors d’une écho pour valider la grossesse mais vu les sensations, j’avais dit à mon mari qu’il n’y en avait plus qu’un. même si j’en étais intimement persuadée, l’émotion était là pour nous 2 quand nous avons vu l’écran.

Comment s’est déroulé ton suivi de grossesse?

C’était une grossesse monochoriale-biamniotique (1 placenta, 2 poches) donc le suivi était tous les 15 jours.

A environ 3 mois de grossesse le STT (syndrôme transfuseur-transfusé) a été décelé, une opération au laser a été pratiquée ce qui a engendré une échographique hebdomadaire jusqu’à la fin de la grossesse.

Nous avons vécu aux rythmes des alertes et des bonnes nouvelles jusqu’à la fin. Une grossesse éprouvante physiquement et psychologiquement mais j’ai été bien entourée ce qui m’a aidée à tenir.

Raconte-nous la naissance de tes enfants.

J’ai été hospitalisée la veille de leur naissance pour tenter d’arrêter les contractions mais la poche des eaux s’est rompue à 3h du matin.

A cause de produits qui m’avaient été administrés pour tenter de stopper les contractions, le travail fut un peu long.

.Ils sont arrivés à 16h puis 16h05. J’ai pu accoucher par voie basse ce qui n’était pas gagné : ce n’est pas préconisé dans le cas d’une opération au laser.

La salle de césarienne était prête mais je voulais à tout prix l’éviter. Au moment d’accoucher, le premier donnait des signes de fatigue, il fallait y aller.

Ils ont installé les étriers puis les ont retirés. Ma voisine a fait une hémorragie de la délivrance au même moment.

C’était la panique pour nous mais aussi pour l’équipe.  Il a fallu appeler du personnel en urgence et j’ai finalement accouché avec une équipe réduite.

Camille est directement parti avec le pédiatre car il avait un peu de mal à respirer mais c’est rapidement rentré dans l’ordre.

Valentin est arrivé « coiffé » : dans sa poche de liquide amniotique. J’ai pu l’avoir quelques minutes sur moi avant qu’il rejoigne son frère dans la couveuse.

Ils sont arrivés à 32Sa + 4. Certes trop tôt mais une jolie victoire pour moi. J’ai failli accoucher de nombreuses fois dès 25 SA.

À 4 jours près, ils ne sont pas « grands prémas »

 Peux-tu nous décrire ton séjour à la maternité?

Le CHU était déjà une seconde maison depuis l’annonce de ma grossesse.

Entre les Échos, les monitorings, le laser, les hospitalisations, j’y venais entre 1 et 3 fois par semaine. J’ai plutôt bien vécu cette période même si je n’étais pas au même étage que mes bébés. Ce fut plus dur de rentrer sans eux au bout d’une semaine. Ils sont restés 1 mois en néonatalogie.

image1

 As-tu allaité ou as-tu donné le biberon?

Les 2 ! J’ai tiré mon lait pour le donner à la sonde puis au biberon car ils n’avaient pas la force de téter au départ. J’ai tenu 2 mois avec mon lait exclusivement puis on a fait un mixte, ce qui a engendré la fin de ma lactation.

 Peux-tu nous dire quelques mots sur les premiers mois avec les bébés?

L’impression d’une bulle temporelle, j’en ai un très bon souvenir.

J’ai passé 8 mois et demi non stop avec eux, et j’ai adoré voir les progrès jours après jours. Malgré la prématurité, ils n’ont eu aucun soucis de santé. Seul passage compliqué, vers 3 mois, ils ne faisaient toujours pas leurs nuits. A cause de la fatigue, je suis tombée d’épuisement dans l’escalier et je me suis cassé le bras. Mais ils ont dû ressentir ma fatigue car 15 jours après ils faisaient leurs nuits !

 As-tu repris le travail à la fin de ton congé maternité?

Oui j’ai repris en 4/5ieme quand ils avaient 8 mois et demi.

 Tes multiples sont-ils ensemble ou séparés à l’école?

Ce choix est-il le vôtre, celui des enfants ou a t-il été fait par le personnel enseignant?

Si tes enfants ne sont pas encore scolarisés, as-tu déjà des souhaits?

J’ai choisi une toute petite école qui n’a que 2 classes (PS -> CP et CE1->CM2).

Je ne voulais pas que l’on m’impose une séparation! Il y a d’ailleurs beaucoup de jumeaux dans cette école! L’inconvénient c’est que si ça devient nécessaire, nous devrons les changer d’école.

 Comment se passe la gestion de ton quotidien depuis que tu as des multiples?

Ce n’est pas les multiples qui changent mon quotidien mais le fait d’avoir des enfants! Je suis passée de 0 à 2 enfants d’un coup donc à moi la joie des lessives, des repas et des courses. Les multiples m’ont surtout apportée la joie de découvrir l’association Jumeaux et plus qui m’a beaucoup aidée pendant la grossesse.

J’ai donc choisi de m’y investir quand j’ai sorti la tête de l’eau.

Ça fait maintenant presque 4 ans que je suis au CA.

 Qu’est ce que t’a apporté le fait de devenir maman de multiples?

Le fait de ne plus avoir de prénom : je suis la maman des Jumeaux  !

image2

 Avec le recul que tu as, quelle est la chose la plus difficile selon toi?

Accepter le fait que je compte moins que leur frère à leurs yeux.

image1

 

Crédit photo: Xavier Lecointe

Merci beaucoup Hélène pour ton témoignage !

Si vous voulez participer, envoyer-moi un mail à :

trottinettesetturbulettes@gmail.com

 

 

2 – Erika, maman de jumeaux de 17 mois !

Erika a 34 ans et est maman de trois enfants : Arthur, 6 ans et Iris et Gabriel, 17 mois.

J’ai rencontré Erika il  a quelques mois. Elle m’a laissé un message sur mon blog quelques semaines après sa création.

Elle était enceinte de jumeaux prévus pour le 4 février 2017. Le terme de ma grossesse était le 5 février 2017. Nous accouchions dans la même clinique et les sexes des bébés restaient inconnus jusqu’à la naissance pour nous deux.

Beaucoup de points communs au départ pour qu’une belle amitié naisse entre nous.

Elle a été d’un soutien rare.

Depuis notre rencontre, nous nous parlons tous les jours (ou presque !).

Alors c’est tout naturellement qu’elle a accepté de répondre à mes questions avec un joli récit décrivant son parcours.

Voici son histoire:

Comment as-tu découvert ta grossesse multiple ?

La découverte de ma grossesse multiple n’a pas été réellement une surprise. En effet, après 3 ans de tentatives infructueuses nous avons eu recours à une FIV. Lors du transfert, mon gynécologue a positionné 2 embryons pour multiplier les chances de réussite.

Nous imaginions qu’un embryon allait peut être se développer mais deux, ça nous semblait complètement improbable!

12 jours après le transfert des embryons, je fais une prise de sang afin de vérifier si une grossesse est en cours. Je n’avais absolument aucun symptôme (exceptés quelques tiraillements en bas du dos), donc peu d’espoir. Alléluia!! Prise de sang positive! Je suis au travail au moment où je l’apprends, les résultats arrivant sur ma boite email. Je dois donc contenir ma joie et rester concentrée à mon travail (autant dire impossible !).

Lors de l’écho de contrôle ( J’étais assez pessimiste en y allant, en me disant qu’il y aurait sans doute un problème car nous cumulions les mauvaises nouvelles depuis quelques temps), j’ai bien vu 2 gros œufs sur l’écran qui était devant moi ! J’ai demandé à l’échographe de suite car j’étais impatiente de savoir si j’interprétais bien l’image. Il m’a bien confirmé qu’il y avait 2 embryons en développement. J’ai tout de suite prévenu Maxime qui n’avait pas pu m’accompagner!

Très grande joie pour nous!

Nous avions imaginé notre famille avec 3 enfants et au vu des difficultés rencontrées, nos espoirs diminuaient et nous pensions que jamais cela ne serait possible.

Comment s’est déroulé ton suivi de grossesse ?

Mon suivi de grossesse s’est bien passé. J’ai passé mes échos et fait mes prises de sang mensuelles à la polyclinique.

J’avais aussi pris contact avec les sages-femmes (cabinet de Vallet) qui m’avaient accompagnée pour Arthur. Bénédicte, très douce et à l’écoute venait à la maison toutes les semaines à partir du 6ème mois de grossesse pour faire un monitoring.

164203969c32a764a4c9524432250755346a44e5c9105317eec52643d91890321c16ac38

(5 mois et demi de grossesse)

Ce moment privilégié avec elle me permettait également de lui poser toutes mes questions, et nous échangions sur différents sujets que je n’osais pas toujours poser/aborder avec mon gynécologue. En effet, c’est un « personnage » qui parle peu, et reste très succinct dans ses réponses. J’avais toujours peur de lui poser des questions ridicules… C’était plus facile et naturel avec Bénédicte.

J’ai également participé à quelques cours de préparation à l’accouchement avec 2 autres mamans pour qui c’était la 2ème grossesse comme moi.

J’avoue m’être désistée à plusieurs reprises, n’ayant pas le courage d’y aller car des douleurs et des contractions étaient présentes.

A ma visite du 6ème mois, mon col était légèrement ouvert, du coup il fallait que je limite au maximum mes déplacements en voiture. Puis, nous avons diagnostiqué chez moi une cholestase gravidique (maladie du foie liée à la grossesse qui entraine de fortes démangeaisons), qui a engendré un déclenchement précipité de mon accouchement.

Raconte-nous la naissance de tes enfants.

J’ai toujours dit que je ne voulais pas que mes enfants naissent à noël ! Étant moi-même du 25 décembre.

Bingo, le 23 décembre mon gynécologue m’appelle pour me dire que ma prise de sang est mauvaise et qu’on va provoquer mon accouchement! Il nous demande de venir rapidement à la clinique pour nous en dire plus.

J’étais exactement à 35 semaines et 3 jours de grossesse. Je m’étais fixée pour objectif d’atteindre 36 semaines. J’y étais presque….

Nous arrivons assez détendus à la clinique vers 18h30/19h et là le gynéco nous explique la situation : « Bon, votre cholestase gravidique devient trop importante il y a un risque de perdre les bébés. Je recommande donc de vous accoucher dès demain matin  avec contrôle monitoring toutes les 2h cette nuit! »

Il nous explique qu’il y a un risque que les bébés ne respirent pas tout seuls à la naissance puisqu’à 35 semaines les poumons ne sont pas encore tout à fait formés. Qu’en cas de faiblesse respiratoire, ils pourraient être transférés au CHU de Nantes car la polyclinique est équipée pour recevoir les bébés à partir de 34 semaines seulement si aucune pathologie particulière n’est détectée à la naissance.

Nous sommes un peu retournés par cette nouvelle mais tellement euphoriques à l’idée de voir nos bébés (bien mérités). J’ai hâte que les souffrances de grossesse cessent!

Je pense que nous ne nous rendions pas trop compte des risques à ce moment-là.

Le samedi 24 décembre à 7h30 je me rends en salle d’accouchement, et on me perfuse de l’ocytocine afin de mettre en route le travail. C’est noël, les équipes sont réduites et tout le monde parle de son réveillon.

Mon gynécologue censé être en vacances revient exprès pour moi ce jour-là. Tout se passe plutôt bien et je suis surprise de la rapidité du travail. A 13h30 je suis prête à pousser mais on me dit d’attendre car le gynéco est à la cafet’ (pause dej’ oblige).

A 13h57 Gabriel pointe le bout de son nez, il pèse 2.090 et mesure 45 cm.

A 14h, c’est au tour de Mlle Iris, 2.100kg et 45cm.

Gabriel nait la tête la première et pleure immédiatement, on le met sur moi.

Iris arrive en siège et est un peu secouée car je n’ai pas poussé. Pour le 2ème bébé c’est le médecin qui va le chercher directement avec ses mains, car il faut d’abord percer la poche des eaux…etc (je vous passe les détails). Elle ne pleure pas et la pédiatre l’emmène pour s’occuper d’elle.

Ouff quelques minutes plus tard notre Iris revient et tout va bien.

15871958_10154718257990056_9148136051693311334_n

40679265471ca155f168aa6e9b5a6f7a53c636d702b80780c6812d13638f21d9b3cc41a8

8447038630676851d9d440e12f34cf9486b3cca75c5abf5895de7799c9f0a8a03d232465

Nous sommes les plus heureux du monde !

Peux-tu nous décrire ton séjour à la maternité ?

LONG !

Je suis restée 12 jours à la maternité.

42357832c5e62b1a08443cddff91fdc7f6fb0d740913fa5872aabe8c8c6c3c3cc2c00414

Vraiment contente de rentrer malgré mon séjour au sein de l’unité Kangourou de la polyclinique (accompagnement et services privilégiés, chambres plus grandes…).

J’en avais marre des va-et-vient incessants dans ma chambre de toutes ces personnes différentes…

Au fur et à mesure du séjour leur bienveillance à mon égard s’est amenui…

Les puéricultrices ont même refusé de prendre Iris et Gabriel en nurserie les 2 dernières nuits car il fallait que je laisse la place aux autres bébés. Bon…. Je voulais pourtant récupérer au maximum car je savais que le retour à la maison serait difficile et fatiguant. Je pensais au peu de sommeil qui m’attendait.

Une chose marquante aussi durant ce séjour c’est ma montée de lait!! En fait, jamais je n’aurais imaginé que cela fasse aussi mal, et m’empêche même de dormir. A l’époque d’Arthur, les médecins nous donnaient un comprimé qui empêchait cette montée de lait, je ne connaissais donc pas cette sensation et ces douleurs.

Maxime était en vacances donc c’était idéal. Il me rejoignait le matin et passait la journée avec moi.

Arthur est venu me voir à 3 reprises, la 1ère fois en néonatalogie, le lendemain de l’accouchement alors que je réalisais mon 1er peau à peau avec les loulous.

209137646281c67cb9073f88c872edf181bcb50bc4b5432255057fce868e7f93efd28da0

Je me rappelle de son regard émerveillé et tout attendrissant envers Iris et Gabriel. C’était trop mignon!

Seuls les parents et la fratrie sont autorisés à pénétrer dans le service néonat. Pour les autres visiteurs, ils peuvent apercevoir les bébés derrière une vitre qui donne sur les boxs.

Mes bébés sont restés 5 jours en néonatalogie puis en couveuse dans ma chambre pendant 2 jours. Gabriel n’arrivait pas à téter tout seul au départ, il a donc été nourri par sonde pendant 24h.

032167931a628b6e8096dbec6891687f3564b3c5912a834b91eba5fbf6d94ec026f796f4

Mais globalement ils se sont vraiment bien adaptés dès leur naissance.  J’en garde un très bon souvenir!

Nous avons donc fêté Noël, mon anniversaire et la nouvelle année 2017 à la maternité! L’année commençait bien.

861607876910c21663f6ba253add84f12e1535925a5f83306f0f3b1d207cee9542d71fc1

As-tu allaité ou as-tu donné le biberon ?

Ma sage-femme m’avait encouragée à participer à un atelier sur l’allaitement au cours de la grossesse. Chose que j’ai faite avec la PMI de Clisson. Mais l’atelier ne m’a pas vraiment donné l’envie d’allaiter.

En effet, les mamans présentent ce jour-là venaient pour avoir des conseils car leur allaitement se passait mal, ou pas comme elles auraient voulu. Du coup l’échange a été très négatif pendant 2h. Nous n’avons parlé que des désagréments.

J’aurai voulu entendre aussi le côté positif et le lien que l’on peut tisser avec ses enfants.

Bon je n’étais pas très convaincue d’avance, donc je suis restée sur mon idée 1ère de donner le biberon. D’autant plus que l’allaitement était une découverte complète, je n’avais pas allaité Arthur. Avec 2 enfants j’avais peur que cela m’épuise. Et puis le fait d’être en permanence collé à mon bébé, je crois que ce n’est pas pour moi!

490012585149c80372300e9848c79c6d4cfda2b92b272e6f54342186da699c8f99554520

Le biberon permettait aussi que Maxime prenne le relais et c’était plutôt rassurant de savoir que je n’étais pas toute seule à gérer.

Peux-tu nous dire quelques mots sur les premiers mois avec les bébés ?

Pour dire vrai, je ne me souviens plus très bien en détail des 3 premiers mois.

En revanche, ce qui m’a marqué reste le rythme effréné jour/nuit.

Au départ, pendant 1 mois nous avons fait dormir Iris et Gabriel dans notre chambre et dans le même lit. On sentait leur besoin d’être en contact. Dès qu’un bébé se réveillait, nous réveillions l’autre pour enchainer les 2 biberons et pouvoir se recoucher rapidement.

07642637c96f02d07900a80846b045125db2624d0be2a09c6c09639a662f63ec369d2ae1

Heureusement Maxime n’a pas besoin de beaucoup de sommeil pour être en forme. Donc il m’aidait bien la nuit! Il préférait le biberon de 4h et moi celui de minuit donc parfait nous avions trouvé notre rythme.

Il a d’ailleurs pu prendre son congé paternité quasiment dès mon retour de la maternité, ce qui a simplifié notre organisation. En effet, Arthur avait repris l’école, il fallait aussi gérer les allers/retours le concernant.

Après quelques semaines, nous avons décidé de ne plus réveiller systématiquement le 2ème bébé (cela nous faisait trop mal au cœur) et de le laisser se réveiller à son rythme. C’est à ce moment-là également que nous les avons installés dans leur chambre au RDC. Mais c’est aussi à ce moment-là que la fatigue s’est accumulée.

Je me souviens de la 1ère visite chez la pédiatre, c’était 15 jours après notre retour, courant janvier et ce fut la journée la plus froide de l’hiver 2016/17, il faisait -7C à l’extérieur. J’avais tellement peur qu’ils attrapent froid que je les avais couverts un maximum!

La puéricultrice de la PMI de Vallet venait nous rendre visite toutes les semaines (dès le lendemain de notre retour à la maison et jusqu’à leur 6 semaines) pour les peser, nous donner des conseils sur leur alimentation, leurs petits bobos….etc.

C’est la procédure je crois en cas de naissance multiple.

Il faut savoir qu’Iris a eu très vite des troubles digestifs et nous avons dû changer au moins 5 ou 6 fois de lait avant de trouver le bon, avec à chaque fois des complications au niveau du transit.

Gérer 2 laits différents c’était un peu complexe, alors à chaque fois Gabriel s’adaptait au lait de sa sœur.

J’ai trouvé ça rassurant car mes bébés étaient suivis toutes les semaines, mais en même temps je me sentais comme « surveillée ».

La puéricultrice regardait nos moindres faits et gestes avec eux.  On se sentait un peu jugés. Comme si elle était envoyée pour vérifier qu’on ne les maltraitait pas.

Avec le recul, je suis contente d’avoir pu passer tout ce temps avec eux, à leur côté à regarder leurs « mimiques » pendant qu’ils dormaient. Je ne sais pas combien de photos j’ai pu prendre lors des 1ers mois mais sans doute beaucoup trop!

As-tu repris le travail à la fin de ton congé maternité ?

Mon congé maternité se terminait le 10 juillet exactement. Je m’étais dit que je laisserais passer l’été avant de commencer mes recherches en septembre. Cependant, une opportunité s’est présentée à moi en mars (merci à mes copines Juju et poupouz 😉)!

J’ai décidé de la saisir car c’était pour travailler dans le milieu de la puériculture, dans une entreprise pour laquelle j’avais déjà travaillé, sur un poste en CDI qui me plaisait.

A l’issue de mon congé maternité j’ai donc repris à temps plein. J’avais un peu peur de l’organisation et de ne pas réussir à gérer toute l’intendance à la maison mais finalement ça s’est bien fait.

Ce qui m’a fait dire oui aussi, c’est que j’avais confiance à 200% en ma nounou, donc aucune inquiétude pour mes bébés ! Et ça c’est très important. J’étais prête à reprendre, à confier Iris et Gabriel, à refaire fonctionner mon cerveau, cela a été une vraie bouffée d’oxygène pour moi ! Je ne regrette vraiment pas d’avoir fait ce choix.

Les 1ères semaines je trouvais du repos au travail : du calme, du temps pour moi (repas du midi, pauses, discussion avec les collègues), j’étais assise toute la journée ! Des petits moments à moi vraiment ressourçant.

J’avoue que le rythme est quand même assez soutenu puisque je gère les enfants le matin (petit dej, habillage..etc) et le soir en rentrant (les bains et repas) puisque le travail de Maxime ne lui permet pas de rentrer avant 18h45-19h, l’heure à laquelle je suis en train de leur donner à manger.

Je ne dois pas oublier de prévoir le goûter d’Arthur quand il a sport, ni de l’inscrire au centre de loisirs, je dois regarder chaque jour les mots de la maitresse dans la pochette de liaison et y répondre si besoin,…etc.

L’année prochaine c’est le CP et donc le début des leçons, j’espère que nous y arriverons!

Tes multiples sont-ils ensemble ou séparés à l’école?  Ce choix est-il le vôtre, celui des enfants ou a t-il été fait par le personnel enseignant ?

Si tes enfants ne sont pas encore scolarisés, as-tu déjà des souhaits ?

Concernant leur scolarité, je pense que je les laisserai choisir. En même temps,  nous habitons une petite commune et il y a 1 classe par niveau en général donc ils se retrouveront probablement ensemble.

Je pense (peut être que je me trompe) que Gabriel aura plus besoin de la présence de sa sœur que l’inverse. Nous l’avons déjà constaté depuis leur naissance. Il sera plus vite déstabilisé en son absence. Iris est plus indépendante, plus « zen » mais garde toujours un œil sur son frère qu’elle protège!

Comment se passe la gestion de ton quotidien depuis que tu as des multiples ?

Je dirai que nous avons une organisation presque militaire. Plus de place aux imprévus, ni aux décisions de dernières minutes. Tout doit être calé à l’avance sinon ce n’est pas possible, on ne s’en sort pas et on s’épuise. On doit tout anticiper, bien regarder s’il reste suffisamment de purée pour lendemain sinon en refaire, idem pour le linge.

Le matin j’ai 20 min pour habiller les 3 enfants donc si je commence à chercher où sont les vêtements (propres, pas propres?, dans la lingerie, dans la chambre?), c’est ingérable, tout doit déjà être prêt !

Il y a suffisamment d’évènements qu’on ne maitrise pas à l’avance (un bébé qui a de la fièvre en se levant le matin, un vomi sur ma tenue que je dois changer à la dernière minute…)

Avec UN SEUL bébé on peut gérer l’imprévu et y faire face, avec 3 enfants dont des jumeaux NON! Ça peut vite devenir un cauchemar.

Qu’est-ce que t’a apporté le fait de devenir maman de multiples ?

Leur naissance m’a apporté beaucoup de bonheur et surtout beaucoup d’amour (X2)!!

bty

IMG_6574

bty

Je crois que les difficultés rencontrées lors de la 1ère année m’ont rendue plus forte, plus résistante mentalement et physiquement. L’organisation et la planification n’ont plus de secret pour moi maintenant ! 😉

Je suis désormais une maman comblée et très fière de mes 3 enfants. Je pense avoir trouvé une certaine sérénité.

Avec le recul que tu as, quelle est la chose la plus difficile selon toi?

Je dirai que le plus difficile à gérer a été la fatigue et le non-stop du quotidien. En effet, je ne pensais pas pouvoir être aussi fatiguée un jour. Mais mon corps a tenu le coup !

Je pense que c’est l’instinct maternel ; on ne se pose pas de question.

IMG_3418

Même si on n’en peut plus, on fait tout pour que nos enfants soient bien.

On a essayé de les laisser pleurer car on se sentait à bout de force, mais impossible ! C’est plus fort que tout, au bout de 5 minutes on va voir ce qui ne va pas et on essaie de les calmer. Je me souviens voir l’heure des biberons approcher, et me dire que je n’allais pas y arriver, pas la force ni l’énergie de préparer 2 biberons et de les donner.

Avec le recul je me dis que ce n’est pas grand-chose pourtant. Mais à cet instant ça me paraissait être une montagne ! Il faut dire qu’au départ c’est 8 biberons / jour par 2 bébés, soit 16 biberons en 24h, et la même chose pour les couches !

946823111b518fc4142cdbaf1428873a96a2cd1520184b925f95b6415afd4ac9a8bd58fd[1]

Ce qui est dur aussi c’est notre vie que l’on met entre parenthèses pendant plusieurs mois. On retrouve davantage de loisirs et de sorties depuis leurs 1 an. Ils grandissent et on est plus à l’aise pour les emmener un peu partout.

Mais dès que l’on veut faire une activité ou voir des amis il faut réfléchir à l’organisation : c’est à quelle heure? Faut-il leur prévoir un repas X2 ? Des vêtements de rechange X2 ? Les lits parapluies X2 ? Est-ce qu’on les laisse plutôt à la maison avec une baby sitter pour profiter?  Oui mais à quel prix ?!

Avec UN enfant on peut se relayer pour s’en occuper. Avec des jumeaux ce n’est pas possible on sait que toute la soirée nous aurons « au moins » un enfant à surveiller en permanence. Donc des fois nous préférons ne pas sortir plutôt que de galérer, se fatiguer et ne pas pouvoir suivre les conversations.

De plus, ils seront fatigués également et il faudra donc supporter le lendemain des enfants grognons et des moments de tensions désagréables.

Tout est réfléchi, planifié. En fait notre cerveau n’est jamais au repos.

Arthur a également souffert de l’arrivée soudaine de 2 bébés! Cela a bouleversé son quotidien, et son statut de « roi ».

Il était très heureux d’avoir un frère et une sœur mais j’avais vraiment très peu de temps pour lui (ce qui est toujours le cas aujourd’hui), et il a donc dû apprendre à faire des choses par lui-même, sans maman. Cela me manque parfois les petits moments que nous avions tous les 2!

C’est vrai que la relation fusionnelle que nous avions jusque-là a un peu volé en éclat…

Un grand merci à Athéna pour son blog que j’ai adoré lire pendant ma grossesse et que je continue à suivre avec toujours autant de plaisir !

◊◊◊

Je remercie beaucoup Erika pour le partage de son joli récit.

N’oubliez pas que si vous voulez aussi participer, vous pouvez m’envoyer un mail à:

trottinettesetturbulettes@gmail.com

 

 

 

 

 

Une nouvelle rubrique en préparation !

Bonjour à toutes et à tous,

Dans le cadre d’un nouveau projet sur mon blog, je suis à la recherche de mamans de multiples qui accepteraient de partager leur expérience!

Z, O, B, A.JPG

Alors si vous êtes intéressée par ce projet, envoyez-moi un mail à :

trottinettesetturbulettes@gmail.com

Et pour celles et ceux qui me suivent mais qui ne sont pas parents de multiples, si cette nouvelle rubrique attise votre curiosité, vous pouvez tout à fait en parler autour de vous.

Passez une belle journée !

Athéna

 

 

 

 

 

Histoire de prénoms !

La semaine dernière, j’ai été contactée par Mélissa, maman de 3 enfants : Rosalie, Bertille et Ambroise.

Passionnée par les prénoms, elle a décidé de créer un blog autour de ce thème.

Chacun, qu’il soit intéressé, curieux ou en quête du prénom parfait pour son enfant peut donc aller y faire un tour. Il est très joliment tenu et on y découvre des fratries aux prénoms souvent très singuliers.

Voici le lien:

https://www.jolisprenoms.fr/

Je me suis donc prêté au jeu du témoignage sur l’histoire des prénoms de mes enfants.

Voici mon récit, que vous retrouverez prochainement sur le blog de Mélissa :

L’histoire des prénoms de mes enfants commence par l’histoire de mon prénom.

Je m’appelle Athéna. Prénom choisi par une mère biologique qui ne m’a pas élevée. Prénom choisi au détour d’un jardin ou d’un parc qui n’a absolument aucun lien avec une envie de choisir un prénom pour son enfant avec tout le cœur que beaucoup de parents peuvent y mettre.

 J’ai grandi avec un prénom original, rare mais en même temps pas inconnu. Athéna, fille de Zeus, déesse de la sagesse.

J’ai toujours reçu beaucoup de compliments sur la douceur et l’originalité de ce prénom. Je le porte fièrement et je sais qu’il fait ma force et ma singularité.

Grâce à lui, je me suis toujours senti unique et j’aime l’énoncer quand on me le demande.

De ce fait, je me suis rapidement dit que mes enfants auraient des prénoms peu portés, rares mais ni inventés, ni inconnus.

Je savais que je voulais leur donner des prénoms facilement prononçables et  facilement déchiffrables ! ( Tout le monde a certainement déjà dû connaitre un prof buter sur le prénom d’un élève non? )

Et dernière chose importante, je ne voulais pas que les prénoms puissent être, d’une quelconque façon sujet aux moqueries !

Oui parce que j’ai peut être le prénom d’une déesse mais qui est aussi celui d’un temple grec: Athéna Nikè. Chose qui m’a bien marquée en cours d’histoire au collège…

Et on va éviter de parler de la célèbre marque Athéna qui m’a valu le doux surnom d’ Athéna slip !

IMG00513-20130619-1728.jpg

J’ai six enfants de deux pères différents.

Zéphir est l’aîné de ma grande fratrie. Son prénom était une évidence avant même sa naissance. Je l’avais entendu dans la rue.

Pendant la grossesse j’ai acheté un livre de prénoms pour deux raisons :

 La première: trouver un prénom de fille.

La deuxième : être certaine que la signification de ce prénom allait coller avec ce côté un peu superstitieux que j’ai.

Nous avons demandé le sexe de ce bébé. Nous n’avons pas vraiment eu à chercher de prénoms de fille et j’avoue que ça m’arrangeait bien car je trouve les prénoms de fille beaucoup plus difficiles à trouver contrairement à ceux des garçons pour lesquels je suis très vite inspirée.

Il faut savoir que je ne suis pas très sensible à l’histoire d’un prénom. Je pense avoir lu la définition de celui-ci plusieurs fois sans vraiment me souvenir de tous les détails. Par contre, je suis toujours très sensible aux sonorités et à l’écriture du prénom en lui-même.
J’aime quand ils sont simplement écrits pour ne pas déformer leur base.

Et puis je suis aussi du genre à aller regarder les courbes de popularité et le nombre exact de personnes s’appelant ainsi en France et ailleurs.

Zéphir était décrit comme un être doux, sage et plein de vie. Nous n’avons pas vraiment tergiversé, ni tenté d’en trouver un autre.

Quelques mois après sa naissance, nous avons appris que j’étais enceinte de triplés. Spontanément.

Une histoire forte qui méritait des prénoms qui se démarquent.

Adémar, Opale, Balthazar (2)

Nous avons demandé les sexes des bébés afin de nous faciliter la vie pour le choix des prénoms et parce que nous avions besoin de nous projeter.

 Deux garçons, une fille !

IMG00906-20141105-0837.jpg

 

Nous n’avions aucune idée des prénoms que nous allions choisir. Nous avons donc dressé des listes chacun de notre côté.

Je n’ai pas gardé la mienne mais je me souviens tout de même y avoir écrit :

Barnabé, Isidore, César, Oscar pour garçon, et Opale, Mélusine et Olympe pour fille.

J’ai vite éliminé Isidore car ma sœur avait donné à sa fille un prénom dont les sonorités étaient vraiment proches. Je n’ai pas non plus gardé Olympe car Zéphir et moi avions déjà un prénom grec et j’avais le sentiment qu’un troisième était un peu excessif…

Je n’ai pas trouvé de coup de cœur dans la liste de leur père, nous avons donc continué à chercher.
A l’époque, je lisais à Zéphir un livre qui s’appelait  » L’extraordinaire abécédaire de Balthazar ».

A force de le prononcer, il a retenu mon attention.

« Et si on appelait un des bébés Balthazar? »

J’ai le souvenir qu’il m’est resté longtemps dans la tête. Je parcourais différents sites et livres, je n’arrivais pas à l’oublier ! J’y pensais toute la journée. Je me voyais vraiment avec un enfant prénommé ainsi !

Nous étions d’accord, nous n’en avions  » plus que » deux à choisir !

Pour la fille, nous n’étions pas vraiment en phase. Je n’aimais pas ce qu’il me proposait et Mélusine n’était pas du tout envisageable pour lui alors à part Opale, je n’avais rien sur ma liste. J’aimais ce prénom de par sa simplicité et sa prononciation toute douce.

A force de le prononcer et d’y penser il a été vite dit que notre fille s’appellerait Opale !

Le dernier prénom de garçon ne vient pas de moi. Il avait été noté sur la liste de leur père. Je n’avais pas de coup de cœur, j’ai eu du mal à m’y habituer mais j’ai souvenir qu’il adorait ce prénom et ayant trouvé Zéphir, Opale et Balthazar, je n’avais pas d’autres choix que d’accepter que la décision était prise. Je l’ai donc beaucoup répété dans ma tête et je m’y suis habituée !

Je répétais souvent : Zéphir, Opale, Balthazar et Adémar pour être certaine qu’ils fonctionnaient ensemble. Et je les imaginais, tous les quatre.

SAM_1621.JPG

Le choix de l’écriture de ces trois prénoms a été un peu conflictuel concernant Adémar. Je voulais mettre un h car je trouvais ça plus joli ( et que je ne sais pas pourquoi j’adore les h dans les prénoms ! )

Je voulais donc écrire : Adhémar. Mais il n’aimait pas ! J’ai donc cédé jusqu’au bout sur ce prénom.

 La dernière chose qu’il a fallu définir était quel prénom pour quel garçon !

00 (11)

Chaque parent de multiples à sa propre méthode, nous avons aussi choisi la nôtre.

Malgré le fait que certains mouvements pouvaient mériter le bénéfice du doute je savais presque systématiquement quel bébé bougeait à quel moment. Je trouvais le bébé du bas plus tonique, plus remuant et plus vif. Le bébé de droite faisait des mouvements plus doux. Il semblait plus calme.
C’est une drôle de façon de faire un choix mais je voyais vraiment le bébé plus tonique avec un prénom « chantant ».

C’est comme ça que j’ai décidé que le bébé du bas s’appellerait Balthazar et le bébé de droite Adémar.

Nous avons annoncé les prénoms à la naissance. Je ne sais pas trop s’ils ont plu, en tout cas nous avons eu quelques réflexions sur les terminaisons en AR des deux garçons, comme si c’était voulu puisqu’ils étaient jumeaux . En réalité, non, rien de voulu là-dedans !

Avec du recul, je ne suis pas déçue de leurs prénoms. Je trouve qu’ils leur collent bien à la peau et qu’ils s’accordent très bien ensemble !

Adémar, Opale, Balthazar

Quand je leur demande s’ils aiment leur prénom, les réponses sont plutôt positives. Et je crois que ce qu’ils soulignent à chaque fois c’est le fait qu’ils ne connaissent pas d’autres enfants avec ces prénoms là ! Ils se sentent uniques !

IMGP0158.JPG

Avant d’être enceinte des filles, je m’étais dit que je ne voudrais pas demander le sexe de ce bébé. Mon avis n’a pas changé malgré la double surprise et l’insistance de Gweltaz tout au long de la grossesse.

Concernant le choix des prénoms, j’étais peut être moins catégorique sur certains critères car je savais que j’allais devoir faire des concessions par rapport aux goûts de Gweltaz mais je ne voulais pas des prénoms trop éloignés du style de mes quatre grands. (En réalité, je ne sais pas si c’est le cas, …)

Gweltaz avait choisi il y a plusieurs années un prénom de garçon ! Énorme coup de cœur pour lui, rien n »aurait pu le faire changer d’avis : Arsène.

Il m’a expliqué qu’enfant, il adorait lire Arsène Lupin. Et à côté de ça, ce prénom est un combiné de  » art » et « scène ». Il imaginait donc un artiste à la fois espiègle et théâtral !

Certaine d’attendre au moins un garçon et convaincu par ce joli choix, je savais donc que nous aurions un petit Arsène !

Finalement il ne nous restait que trois prénoms à choisir et je peux dire que ça a été assez compliqué. Gweltaz et moi n’avions pas les mêmes envies. J’aime les prénoms longs, originaux et rares, il aime les courts, simples et anciens.

Il ne lui a pas fallu longtemps pour qu’il raye tous ceux que j’avais retenus ( et pourtant j’avais fait des efforts ! )

De souvenir j’avais retenu : Émile, Auguste, Eugène, Gaston, Basile, César (oui oui j’ai retenté ! ), Ernest, Edgar, Eugène, Robinson, Fernand, Ferdinand pour les garçons !

Dans cette liste, Émile, Ernest et Fernand lui plaisaient.

Pour les filles, c’était beaucoup plus compliqué ! Je n’avais même pas fait de liste. Je sais juste qu’on est resté un moment bloqués sur Ernestine mais qu’on a changé d’avis quelques semaines plus tard. On le trouvait difficile à porter, un peu lourd et puis bon, il ne rentrait pas dans le critère  » prénom court ! ».

Je lui ai proposé Aliénor. Prénom qui me plaisait beaucoup mais il n’était pas enchanté par le côté  » Alien » …

Un jour, il m’a proposé Marthe ! Sur le moment j’ai dit non ! Un non vraiment franc ! Sauf que ce prénom est resté dans ma tête. Je lui en ai reparlé quelques jours plus tard. On a dû y réfléchir encore pendant quelques temps mais je me souviens m’être dit que finalement, ça devenait un prénom vraiment coup de cœur  et je nous imaginais très bien avec une petite Marthe !

Marthe.JPG

Nous avions donc deux prénoms choisis qu’on aimait vraiment beaucoup. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé que le premier bébé à naître s’appellerait Arsène ou Marthe! Et si nous avions un couple de jumeaux garçon/fille, ce serait Arsène et Marthe !

Le choix du second prénom est venu plusieurs semaines plus tard. Nous avions retenu Robinson dans ma liste. Je ne le sentais pas hyper convaincu (en même temps il était persuadé qu’il n’y aurait pas deux garçons, donc ne s’est pas vraiment projeté avec ce prénom), je gardais un sérieux doute car je crois que je ne l’étais pas non plus.

On s’est ensuite concentré sur une éventuelle deuxième fille ( très peu probable pour moi ! ). Mais malgré des heures de recherche et une attention particulière à tous les prénoms que je pouvais entendre ou lire, rien ne nous plaisait.

A cette période, nous regardions une série anglaise. Et dans cette série, il y avait une Édith. Prononcé à l’anglaise c’est assez sympa ! Gweltaz me l’a soumis.

 » Que penses-tu d’Édith? »

Edith.JPG

Je suis resté sans réponse… pendant plusieurs semaines ! Je n’arrivais ni à dire oui ni à dire non. J’aimais la sonorité et j’aimais le voir écrit mais j’avais du mal à imaginer ma fille porter ce prénom. Autant j’arrive très bien à me projeter avec des enfants aux prénoms des années 1900, autant ceux des années 1950 me parlent moins. (En fait, plusieurs princesses anglaises au moyen-âge portaient ce prénom mais les Édith dans ma tête ont souvent la cinquantaine.)

Mais comme pour Marthe, il est resté ancré. Et je m’y suis habitué jusqu’à l’adorer !

Nous avions donc nos quatre prénoms !

Lors de la naissance, les auxiliaires de puériculture ont noté les quatre prénoms sur les bracelets. Je restais persuadée que notre petit Arsène allait enfin naître.

Au dernier moment, j’ai dû subir une césarienne. J’étais tellement déçue d’imaginer que nous ne découvririons pas les sexes des bébés comme nous l’avions imaginé ! On a donc émis le souhait que personne ne nous les révèle.

L’obstétricien a été génial et a vraiment joué le jeu pour ne pas nous ôter ce moment. Il a baissé le champs afin que l’on voie naitre une fille: « Marthe ! » puis… une deuxième: « Édith! »

C’était incroyable.

 Marthe et Édith ! ♥♥

 

 

30 ans, 3 grossesses, 6 enfants !

Il y a dix ans j’étais enceinte de mon premier enfant ! A l’époque, je me voyais très bien avec trois enfants, arrivés les uns après les autres sans trop d’écart d’âge.

8 mois

bébé

Zéphir est arrivé dans une période de ma vie où j’étais encore insouciante. Je l’ai accueilli calmement, sereinement. Je venais d’avoir 21 ans et j’étais loin d’imaginer qu’à 30 ans j’aurais six enfants dont deux fois des multiples !

La grossesse triple a été une véritable surprise. Nous l’avons su lors de la première échographie. Celle où on vient voir si le bébé va bien à 2 mois et demi !

021. 1+¿re +®cho

Ça a été un grand choc. LE bouleversement de ma vie.

IMGP0253

IMGP0615

La grossesse a été très angoissante. Les obstétriciens étaient pessimistes, inquiets et pas vraiment d’une grande aide psychologique. Je me suis enfermée dans ma bulle afin d’imaginer que oui, peut-être j’aurais la chance d’accueillir trois bébés en bonne santé. Je me suis alitée d’office et j’ai attendu que le temps passe.

La prématurité est une sorte d’évidence quand on porte trois bébés et on doit s’y préparer sans savoir réellement ce qui nous attend.

Et puis ils sont nés à 7 mois de grossesse. Malgré leurs petits poids de naissance ( 1,480 kg, 1,560 kg et 1,580 kg ), Balthazar, Opale et Adémar sont arrivés en bonne santé et après six semaines d’hospitalisation, ils sont rentrés à la maison !

IMGP0836

IMGP0983

IMGP0004

IMGP0842

Avant leur naissance, j’avais des envies et des convictions mais j’ai vite compris que finalement, j’allais surtout faire comme je pouvais. Qu’il fallait juste survivre à cet ouragan.

J’ai eu le sentiment d’être parachutée dans un monde inconnu. Une grossesse hyper surveillée et hyper médicalisée d’abord, la prématurité et enfin la gémellité ! Il n’y a pas de jumeaux dans ma famille. J’ai tout de suite eu le sentiment que c’était un monde à part. Un monde que je ne connaissais absolument pas.

Par la force des choses, je crois que j’ai grandi d’un coup, avec eux. Je me suis sentie chargée de tellement de responsabilités que je n’avais pas choisies !

IMGP0428.JPG

On peut choisir de faire des enfants. Mais pas d’en accueillir plusieurs en même temps. Et si beaucoup de parents nous disent qu’ils auraient adoré avoir des jumeaux, la réalité enchante bien moins dans le cas de triplés !

Enfin, j’ai eu le choix bien sûr durant ma grossesse d’avoir recours à la réduction embryonnaire mais ça c’est un autre sujet !

La vie change quand on est parents de multiples. On est confrontés à des questions que les autres parents ne se posent pas. On doit toujours réfléchir à la façon dont on va mettre en place les choses, pour que ça se passe au mieux.

Mais on n’est jamais certains de nos choix. On tâtonne. On se dit qu’on s’adapte, qu’on fait au mieux et on voit comment ça se passe. On fait les choses dans l’ordre mais toujours avec une organisation sans faille. Sans vraiment penser à soi.

Et à côté de ça, on ne vit plus dans l’ombre. Je suis devenue  » celle qui a eu des triplés alors qu’elle avait un bébé de 11 mois ! » du jour au lendemain. On me regardait dans la rue. On m’arrêtait. On touchait à mes bébés, ( ben oui les multiples sont des bêtes curieuses ! ). On me posait des questions très intrusives. On me félicitait. Je fascinais. Ou au contraire je dégoûtais !

IMGP0165

Et puis il y a les discours des gens qui savent que faire des multiples impliquent forcément une aide médicale. Ils se disent que c’est impossible de faire des triplés spontanément. Et encore moins de faire deux fois des multiples spontanément !

Et pourtant, c’est possible ! Je connais des mamans qui ont eu des triplés spontanément. J’en connais aussi qui ont eu besoin d’aide. Oui et alors? Finalement peu importe, la réalité, c’est que nous sommes toutes confrontées aux mêmes difficultés, aux mêmes remises en questions, aux même envies de tout plaquer pour un peu de tranquillité, de calme et de sérénité.

Malgré tout ça, je me suis toujours plus ou moins considérée comme une warrior. Oui parce que finalement c’est tellement rare que je me se sens un peu comme une personne à part, incroyable, capable de m’occuper et de surveiller de plusieurs enfants du même âge !

IMGP0155 (2)

Et malgré toutes les difficultés liées à l’arrivée de mes trois mignons, je savais qu’un jour, j’aurais un petit dernier.

Je l’avais déjà évoqué: j’avais besoin de materner, pouponner, profiter d’un seul bébé. Et je crois que j’avais aussi besoin de « finir » cette fratrie. Je ne la sentais pas complète, aussi dingue que ça puisse paraitre !

Alors on a joué ! Et on a gagné !

IMG_1891

Nous avons été les premiers surpris. Inconsciemment je fermais les yeux sur le fait que ça pouvait m’arriver une deuxième fois. Dans ma tête, c’était impossible. Comme si j’avais déjà donné toute l’énergie nécessaire à la gestion de multiples !

Pendant ma grossesse, j’ai cherché des témoignages sur le fait d’avoir deux fois des multiples. Pas sur le plan médical mais uniquement sur ce qu’on vit, nous, en tant que parents. Sur la façon dont on va gérer les choses.

Je n’ai finalement trouvé que des articles sur Elodie Gossuin et Roger Federer qui parlent de miracle et de chance avec des commentaires remplis d’arcs-en-ciel ! Donc bon, pas hyper réaliste finalement !

Enfin, pas réaliste pour moi.

Car peut-être que certains rêveraient de vivre ça ! ( Bon ok, mon discours est un peu parasité par le phénomène triple qui a été tellement difficile à gérer que mes pensées n’étaient pas hyper positives lorsque j’ai appris que j’attendais deux bébés ! )

Alors après, oui j’ai eu deux fois des multiples mais tout est si différent ! Les triplés et les jumeaux n’ont vraiment rien en commun. Ce sont des groupes qui ne fonctionnent pas du tout de la même manière ! Je sais que chaque fratrie de multiples à ses propres spécificités qui dépend aussi (il parait) de la zygosité! Mes enfants sont tous des dizygotes; ce qui signifie que chacun résulte de sa propre fécondation d’un ovocyte par un spermatozoïde.

Médicalement parlant, je ne me suis jamais vraiment posé de questions sur le fait d’avoir deux fois des multiples. Ni sur les statistiques d’ailleurs. Mais depuis quelques temps je me demande finalement si je ne fais pas partie des femmes touchées par ce qu’on pourrait appeler une hyper fertilité ou une hyper ovulation.

Je me rends compte qu’aujourd’hui en France, ce qui intéresse la médecine ce sont les personnes souffrant d’infertilité.

D’ailleurs l’hyper fertilité et l’hyper ovulation sont deux notions sans aucun fondement scientifique.

Et pourtant j’ai l’impression d’être un cas clinique. Je n’ai jamais oublié ma contraception. Et j’ai la chance de ne pas faire partie des femmes qui tombent enceinte sous contraception. Celles dont finalement on parle peu aussi.

Moi, je tombe enceinte sous cinq jours après l’arrêt de la contraception après une multiple ovulation et plusieurs fécondations simultanées. Voilà.

20170621_154353.jpg

Aujourd’hui je ne veux plus d’enfants. Et je vis avec la peur qu’une grossesse survienne malgré tout. Alors il y a l’avortement bien sûr, mais j’ose juste imaginer l’impact psychologique sur la femme qui doit le subir !

J’ai essayé de parler avec des médecins de ligature des trompes.

 » J’ai six enfants à 30 ans, dont deux fois des multiples et je veux une contraception définitive ! »

 » Non madame, vous êtes trop jeune ! Revenez à 40 ans ! »

Ah ben génial ! J’ai peut être un syndrome particulier qui fait que j’ai des ovulations multiples mais peu importe. Personne ne s’en préoccupe et je ne rentre pas dans la case: stérilisation définitive pour cause de grossesses multiples pour la simple raison que je suis trop jeune; selon eux !

Je suis en colère contre le système qui nous empêche d’être libre de notre corps. Les médecins trouvent que c’est fantastique à l’ère où tant de couples essaient en vain d’avoir des enfants d’être capable d’en faire autant d’un coup.

Le miracle de la vie; c’est merveilleux !

Mais le miracle de la vie, il faut le vivre, l’accepter et l’assumer.

Bien sûr que je suis heureuse d’avoir mes enfants. Bien sûr que ma vie est incroyable. Bien sûr que je ne me verrais plus vivre sans mes 6 enfants ! Ils sont ce que j’ai de plus précieux et m’apportent tous, individuellement tellement de bonheur et de fierté .

20170228_193411

Mais avant d’avoir eu des triplés et des jumeaux, je n’étais pas consciente que le phénomène multiple pouvait frapper deux fois dans la même famille. Enfin si, une part de moi le savait mais dans ma tête c’était un fait tellement rare qu’il était impossible que ça m’arrive de nouveau.

Et, je me rends compte depuis quelques temps, que dans ma vie j’ai l’impression d’être normale mais que finalement le regard et les commentaires des autres me font tous les jours comprendre que je ne suis pas comme tout le monde. Que ma famille est différente de celle des autres. Que mes enfants seront toujours des êtres à part, avec une histoire à part, et que Zéphir restera toujours un peu dans l’ombre du phénomène multiple.

Je l’avais déjà mentionné d’ailleurs, dans notre famille, l’exception, c’est lui !

IMGP0245

Lui, qui est né seul !

 

 

 

 

 

 

Bilan de ma vie, 1 an après la naissance de Marthe et Édith !

Et voilà, Édith et Marthe ont déjà eu 1 an ! Nous avons été très occupés par notre déménagement, la fin des travaux et la nouvelle organisation à mettre en place au sein de ce nouveau lieu de vie !

IMG_3576

Un mois après, notre vie se calme enfin et chacun a trouvé ses marques.

Cette première année de vie des filles est passée hyper vite. Il faut dire que notre projet de rénovation de maison nous a rempli la tête et nous a demandé beaucoup d’énergie ! Mais c’était vraiment pour la bonne cause. On ressent une réelle sérénité chez tous les enfants. Ils ont grandi et ont vraiment gagné en autonomie depuis qu’on est ici.

Les chambres des grands ne sont pas sur les mêmes niveaux, Balthazar et Zéphir sont au rez-de chaussée, Adémar et Opale, dans les combles, près d’Édith et Marthe. Ce qui leur permet aussi de souffler, de ne pas être toujours ensemble et d’avoir chacun un lieu personnel qui ne fait pas office de salle de jeux.

A côté de ça où en suis-je moi personnellement?

En ce moment, je réfléchis beaucoup à ma vie, à l’importance de ma place au sein de ma famille, et au temps que j’accorde à mon couple.

Pendant la grossesse, je ne pensais à rien d’autre qu’au bien-être des bébés qui allaient naître. J’étais pleine d’angoisses quant à une éventuelle prématurité, et pleine de doutes quant au fait d’accueillir de nouveaux des multiples. Je n’ai pas vraiment pensé à ma vie d’après.

La première année avec des jumeaux (ou plus ! ) est la plus difficile en terme de fatigue physique. Les bébés nous laissent peu de répit et les nuits entrecoupées ne nous permettent pas de réellement récupérer.

Le jour où je suis rentrée de la maternité, mes 4 grands étaient malades, donc tous à la maison. Gweltaz travaillait. Il a pris sa matinée pour venir nous chercher toutes les trois nous a déposées, et est reparti. Je me revois avec ces deux minuscules petites filles, les 4 grands, malades, et tout excités de voir arriver leurs sœurs et moi, affaiblie par la césarienne, épuisée par les deux dernières nuits seule que j’avais passées à la maternité regardant mes six enfants et comprenant que ma vie; c’était désormais ça !

20170209_114022

Et puis les jours se sont enchainés. Tête baissée, j’ai géré le quotidien en attendant toujours avec impatience l’arrivée de Gweltaz le soir.

J’ai le sentiment aujourd’hui que mes enfants ne m’ont pas rendue plus forte. Ils ont renforcé petit à petit un manque de confiance en moi. Le rôle de parent est tellement rempli de missions difficiles qu’il est très facile d’atteindre le burn-out ou de se sentir super nulle.

Pourquoi me dit-on souvent que je fais le plus beau métier du monde? Un des plus difficiles, oui, mais le plus beau? Non je ne crois pas. D’ailleurs je ne suis même pas persuadée que les gens qui me disent ça y croient vraiment. En tout cas, pas ceux qui sont passés par là !

Je ne dis pas que je ne suis pas heureuse à m’occuper d’eux. C’est juste que je m’oublie. Je vis pour eux, en fonction d’eux .

Je suis consciente que beaucoup de femmes rêvent d’avoir des enfants mais n’y parviennent pas forcément. Que je ne devrais certainement pas me plaindre. Après tout j’ai de la chance ! D’ailleurs j’ai toujours trouvé que le sujet de la difficulté de s’occuper en permanence des enfants était un peu tabou.

IMGP0028

Au cours d’une conversation avec les grands sur le phénomène triple hier soir, Opale a conclu en me disant:

 » Olala maman, mais quelle chance tu as eu d’avoir des triplés, c’est tellement rare ! »

Je l’ai regardée mais n’ai pas vraiment su quoi lui répondre. Je lui ai souri. Simplement.

J’ai de la chance, oui, certainement sur certains points. Mes enfants sont tous en bonne santé. Je les sens heureux, bien dans leur vie. Je me dis souvent que c’est grâce au fait que je m’occupe d’eux. Que je suis là pour eux. Je crois que ça me rassure. Ça me permet de me dire que je suis utile ! Que je suis compétente quelque part.

Mais finalement, ai-je vraiment le choix dans ma vie?

Le fonctionnement du congé parental a changé depuis quelques temps. Il peut désormais être partagé entre les deux parents. La durée de rémunération a été réduite en cas de congé parental d’un seul parent.

Pourquoi chez nous, le partage du congé parental ne peut pas fonctionner et pourquoi la réduction de la rémunération est un gros problème dans les familles de multiples?

Nous recevons, par la caf, 392 euros par mois pour la cessation complète de mon activité professionnelle. Je ne peux pas dire que j’avais un salaire formidable quand j’ai repris en 2015. Et si je fais le calcul des frais de garde pour les filles + celui des grands pour les temps périscolaires et que je déduis de mon salaire les fois où je suis absente pour cause de maladies, il ne reste plus grand chose. Sans parler du fait qu’on court dans tous les sens et qu’il faut réussir à tout combiner : vie de famille, gestion des enfants, de la maison, du quotidien, et le plus important dans tout ça, réussir à se trouver du temps à deux… Donc finalement dans notre situation, la meilleure solution: que je m’arrête et que je m’occupe des enfants.

Pourquoi Gweltaz ne bénéficiera jamais de son droit au congé parental? Et bien simplement parce qu’il a un salaire convenable et que si on le remplaçait par la rémunération de la caf et que moi j’allais travailler, on ne survivrait pas financièrement !
Et puis en fait, je ne sais même pas s’il aurait envie de prendre un congé parental !

Donc le fait est, que je vais recevoir cette rémunération pendant 24 mois seulement du fait que Gweltaz ne profitera pas de son droit. A 24 mois, soit je recherche un mode de garde pour les filles, je reprends le travail et nous revoilà dans les questions de frais inhérents à ma reprise et dans un rythme infernal soit, je ne reprends pas et notre vie est certes un petit peu moins confortable financièrement mais finalement plus sereine pour tout le monde.

IMGP0007 (2)

Bon et puis il y a un autre problème il faut bien l’avouer: je suis incapable de laisser mes bébés. C’est assez ancrée chez moi. Je ne veux pas les confier. Ça m’a fait ça pour les six. J’ai le sentiment que si je les laisse je vais rater des moments importants de leur vie.

IMGP0137

Les filles ont un an et je peux dire que je les ai très peu laissées. Et encore, quand je les laisse, elles sont avec Gweltaz !

Le problème, c’est qu’on commence à avoir besoin de se retrouver, tous les deux. Édith se réveille encore de nombreuses fois le soir et la nuit ce qui nous laisse peu de temps ensemble. Les repas sont riches en terme de conversations mais ce n’est pas spécialement pour parler de choses qui nous intéressent. Et quand on essaie, on sait de toute façon qu’on n’ira pas au bout de la conversation, coupée par les enfants !

Alors la semaine dernière nous avons décidé d’aller au restaurant ! J’étais à la fois hyper contente et hyper inquiète à l’idée de laisser Édith. Je savais qu’elle allait se réveiller et j’avais peur qu’elle soit inquiète à l’idée de ne pas nous voir. Mais ma belle-mère est douce, et j’ai confiance. Donc relax !

30 minutes avant de partir, Zéphir vomit. Tiens, quelle bonne idée! Merci Zéphir. On n’y avait pas pensé. Nettoyer du vomi avant d’aller manger au resto, ça met vraiment dans l’ambiance !

J’ai dû me préparer en 15 minutes, et nous sommes partis énervés et contrariés. En plus je savais que Zéphir allait forcément revomir. Je m’en voulais de laisser ma belle-mère comme ça…

Bref nous sommes partis. Nous avons mangé assez rapidement et nous sommes rentrés. Édith était bien dans la place à notre retour, Zéphir avait bien revomi mais encore mieux, il avait imbibé ses draps, sa couette et son matelas ( je pensais avoir mis une alèse, en fait non, mince ! ). Dégoutée, j’ai imaginé le boulot que j’allais devoir effectuer le lendemain pour nettoyer tout ça… en espérant surtout que les autres n’enchaineront pas!

Notre première sortie en amoureux depuis 15 mois a été une sorte d’échec pour moi. J’étais déçue. On avait hâte, on était trop contents ! Ça nous faisait plaisir de nous faire servir, de manger dans le calme et surtout de discuter tranquillement. Alors, on a quand même profité mais on peut dire que ça aurait pu être bien mieux !

Et c’est là que je me rends compte que ma vie, mes pensées, nos sorties, nos envies seront toujours plus ou moins parasitées par des questions autour des enfants. Je sais d’avance que oui j’aimerais bien retravailler (mais où? quand? quoi? combien d’heures par semaine ? ) mais que ma réflexion sera toujours faite autour de l’organisation de ma vie de maman ! Oui j’aimerais me sentir compétente dans un domaine et retrouver un peu de vie pour moi mais je devrais toujours m’adapter et m’organiser en cas d’urgence ou de besoin.

L’année où j’ai repris à travailler, mes horaires étaient décalées. Gweltaz avait dû s’organiser pour s’adapter mais franchement ça a été compliqué. C’est difficile dans son métier d’avoir des horaires à la carte et tout est vraiment plus facile depuis que je suis à la maison pour gérer le quotidien et les imprévus !

Je me rends compte que mon post n’est pas hyper positif. Alors qu’en fait,  les filles m’ont apporté beaucoup de sérénité et qu’un nouvel équilibre est né au sein de la famille depuis leur naissance. Je me régale de les voir grandir et évoluer de jour en jour. J’adore raconter à Gweltaz les anecdotes de nos petites mignonnettes. On les aime tellement.

IMGP0094

IMGP0090

Alors si je conclue en réalisant un vrai bilan de ce qu’est ma vie maintenant, je peux dire que je suis heureuse de vivre ça. Que ma vie est très riche et je sais que j’aurais toujours le soutien de Gweltaz quand je voudrais rebondir. C’est d’ailleurs grâce à lui que je réussis aujourd’hui à positiver au maximum après des journées épuisantes. Il a naturellement une sérénité très apaisante et il m’apporte toujours beaucoup de réconfort. Et clairement, c’est un papa et un beau-père très investi. Alors, je suis hyper consciente que de mon côté, ma carrière a explosé du fait de mes grossesses multiples et que je ne suis pas certaine de pouvoir un jour aspirer à une évolution professionnelle qui me satisfera mais j’aurais finalement accompli des choses difficiles dont je serais toujours fière !

 

 

 

 

 

 

Mes filles, leur sommeil et moi !

Aujourd’hui, j’aborde le sujet du sommeil des bébés !

La question qui revient très souvent quand on est parents de bébés c’est : Alors il/elle fait ses nuits?

J’ai, à plusieurs reprises, entendu des parents me vanter le fait que leur enfant avait fait ses nuits dès la sortie de la maternité.

Tant mieux pour eux.

Le fait est, que j’ai du mal à comprendre comment c’est possible.

Un bébé, quand il naît ne différencie pas le jour et la nuit et a besoin de manger régulièrement. Ça me semble un peu inconcevable qu’ils fasse ses nuits si tôt.

Marthe a commencé à faire ses nuits à deux mois. Je nous estimais hyper chanceux. Il paraitrait que c’est « grâce » au biberon.

Bon finalement notre répit nocturne concernant Marthe a été de courte durée. Elle a fait plusieurs épisodes de réveils nocturnes et de refus complet de se coucher le soir ! On la berçait, rassurait au maximum mais je ne cache pas que c’est épuisant moralement et physiquement de bercer un bébé pendant plusieurs heures en plein milieu de la nuit. Mais nous restions sur l’idée de ne pas la laisser pleurer. Dans notre tête, je crois que ça n’a pas de sens.

On estime que si un bébé pleure c’est qu’il a un besoin, une angoisse ou même une douleur et que notre rôle est d’être présent pour l’accompagner dans ces moments qui sont certainement aussi difficiles pour lui. Personnellement, j’ai tenté de réfléchir calmement sur cette idée de laisser pleurer et je me suis mise à la place du bébé seul dans son lit, appelant désespérément ses parents qui ne viennent pas le voir. Bon forcément qu’au bout d’un moment il cessera de pleurer mais je ne trouve pas que cet endormissement soit serein et rassurant pour un bébé…

Parlons d’Édith ! Petite mignonnette allaitée depuis la naissance. En ce moment, on me demande souvent quand est-ce que je vais arrêter l’allaitement car c’est sans doute LA cause des nuits agitées que je passe avec elle. Oui, si elle était au biberon, c’est sûr, elle dormirait !

Alors: Effectivement je suis fatiguée, effectivement mes nuits sont vraiment pourries ( je ne dors pas plus d’une heure d’affilée depuis presque deux mois) mais non, je ne la sèvrerais pas !

La mise en place de l’allaitement est difficile, mais une fois qu’on y est arrivée, ça roule ! Et une chose me frappe depuis que les filles sont nées : ( Marthe a tété un petit peu tous les jours jusqu’au mois dernier ) elles sont hyper résistantes aux maladies !!! Elles ont eu quelques mini rhumes, une petite toux de deux jours mais à chaque fois c’est passé comme c’est venu. Je suis persuadée que l’allaitement leur permet d’avoir de très bonnes défenses.

IMG_2885

L’allaitement n’importe où, n’importe quand, dans n’importe quelle position !

Édith et Marthe découvrent beaucoup de choses en ce moment. Édith a toujours plus ou moins besoin que je sois dans les parages car effectivement on est très en lien toutes les deux mais je la trouve quand même assez indépendante la journée. Elle tète environ cinq fois. Le soir, elle ne s’endort qu’après être bien repue. Elle s’endort en tétant et je la pose dans son lit tout doucement. C’est à ce moment là qu’elle commence à m’appeler toutes les heures et la seule solution que j’ai trouvée pour l’apaiser: La faire téter encore et encore.

Certains pensent qu’elle a faim. Non en fait, elle a besoin d’être rassurée.  Je la prends, la colle contre moi, elle tête, puis je la repose dans son lit. D’ailleurs, depuis plusieurs semaines je me maudis de ne pas avoir acheté un lit en co-sleeping. Tout aurait été tellement plus simple et moins fatigant pour moi.

Le sommeil des bébés n’est pas maitrisable. Ils passent par différents stades: Poussées de croissance, besoin de contact, angoisse de la séparation, peur de l’abandon, … Nous avons pris le parti d’accepter tout ça. Un bébé n’est pas un petit objet que l’on pose dans un coin. Certes c’est dur. Certes c’est épuisant. Certes ça demande du temps, de l’attention et de la surveillance ( et franchement parfois on aimerait juste s’affaler dans le canapé tranquillement) mais nous sommes hyper heureux de voir à quel point elles sont mignonnes. ( En tout objectivité bien sûr ! )

Alors attention, je ne dis pas que je le vis toujours bien. Évidemment que parfois je n’en peux plus. Que parfois j’en veux à la terre entière. Que parfois j’envoie des sms de désespoir à mes copines. Que parfois j’ai juste envie de tout laisser en plan et d’aller boire un petit truc en terrasse au calme. Que je me sens un peu menottée à mes bébés. Que j’ai le sentiment de ne pas en voir le bout et de ne pas trouver de solution miracle. Que parfois je me sens impuissante et que je ne comprends pas pourquoi on n’y arrive pas.

Mais on tient parce qu’on sait qu’à un moment donné ça se réglera. Beaucoup de choses ont déjà été mises en place depuis la naissance. Ça prend du temps mais ça se fait petit à petit. Il faut essayer de rester zen et positif.

J’ai le sentiment d’avoir fait des erreurs avec les grands. J’ai eu beaucoup de soucis avec le sommeil d’Opale, je me suis souvent senti désarmée pour la simple et bonne raison que je me fixais des normes et des obligations. Sauf que je l’ai mal vécu. « Parce que ce n’était pas normal. » Parce qu’elle devait dormir. Parce qu’on me disait qu’elle faisait des comédies. ( A 8 mois des comédies? Sérieusement? )

Les filles ont huit mois depuis le 2 septembre. Je n’ai pas fait une nuit complète depuis dix mois et pourtant je suis toujours debout. Je m’occupe du quotidien, de mes six enfants, et de tout le reste sans difficultés, et sans aides particulières, si ce n’est celle de Gweltaz bien sûr. Je crois que moins on se fixe d’objectifs et de normes, mieux ça se passe.
Chaque enfant évolue différemment. Il faut l’accepter et l’accompagner.

J’envie carrément les parents qui dorment la nuit mais ce que je sais, c’est que je ne regrette aucun de nos choix, aucune de nos façons de faire !