Mon expérience du co-sleeping… malgré moi !

Aujourd’hui j’ai choisi de parler de mon expérience du co-sleeping car c’est vraiment quelque chose que je n’avais pas anticipé et qui en ce moment, fait partie intégrante de notre vie.

Le co-sleeping est selon moi une démarche. Du moins c’est ce que j’imaginais. Pendant la grossesse j’avais acheté un livre qui en parlait. Mais je ne me retrouvais pas vraiment dans le fait de dormir avec mon bébé. Je n’ai jamais eu envie de le faire. Je ne l’ai jamais programmé. Je n’ai rien anticipé non plus. Et on a fait comme la plupart des parents, on a acheté des lits à barreaux en pensant réussir imposer un rythme à nos bébés rapidement.

Les filles ont 14 mois et j’ose avouer qu’Édith dort avec nous et ce, depuis le retour de la maternité.

De la recherche du repos…

Très fatiguée de la naissance, j’ai rapidement pris cette petite habitude de l’allaiter allongée la nuit. Parfois j’arrivais à la reposer auprès de Marthe, mais parfois je m’endormais avant qu’elle finisse de téter et je me réveillais pour la tétée suivante.

Lorsqu’elles ont eu 4 mois, j’ai voulu modifier tout ça. Je n’avais pas envie qu’elle dorme avec nous toutes les nuits. Mais après trois nuits à me lever plusieurs fois pour la prendre, l’allaiter, la reposer, j’ai vite compris que j’avais réellement un choix à faire:

– Soit je continuais comme ça et clairement j’étais épuisée la journée, irritable et pas hyper en phase avec l’éducation sereine que j’essaie de donner à mes enfants,

– Soit je la gardais contre moi et gérais les tétées au son de son petit grognement animal sans vraiment me réveiller !

C’est cette seconde solution que j’ai choisie. Que nous avons choisie! Car Gweltaz m’a beaucoup aidée à me remettre en question dans le bon sens et c’est ce dont j’avais besoin pour gagner en sérénité sur ce sujet.

Avec du recul, nous avons choisi la facilité, la tranquillité et le repos. Mais avec six enfants on se doit d’être en forme tous les jours. Impossible de flancher.

Clairement, je gère mal la fatigue. Même très mal. Je peux me montrer agressive. Et généralement, j’en veux à la terre entière.

Finalement, j’ai compris que je ne me sentais pas capable de gérer mon quotidien tout en étant complètement épuisée.

La nuit est notre seule temps calme alors effectivement c’est le moment où on recharge nos batteries tous les deux mais c’est surtout le moment où il faut qu’on récupère. Et tous les moyens sont permis pour y arriver.

Le fait est que, 14 mois après leur naissance, la situation n’a pas beaucoup évoluée. J’avais espoir qu’elle tête moins, qu’elle soit moins demandeuse. Mais ce n’est pas le cas.

 

La grosse réussite selon moi est qu’elle s’endort seule. On les couche toutes les deux à 20h sans difficulté. Parfois elle me rappelle à 21h30, je la recouche aussitôt. Mais généralement son vrai réveil est à 23h et à ce moment là, elle ne veut plus être dans son lit. Elle pleure, hurle même. Et comme Marthe dort bien et que c’est l’heure à laquelle on s’endort, on va la chercher et on ne la remet plus dans son lit.

De temps en temps je fais des tests. Je vais la voir, je l’allaite, je la recouche. Mais comme elle hurle quand je sors de la chambre, je reste à côté d’elle assise par terre en plein milieu de la nuit à attendre qu’elle se rendorme.

Mais ça n’a aucun sens car elle peut s’endormir et me rappeler encore dix minutes plus tard.

Je crois que finalement la clé c’est peut être d’anticiper la chose avant la naissance. Ça permet d’adapter le coin nuit. Si j’avais su, on aurait fait autrement. Un lit en co-sleeping directement? Un matelas au sol? Je sais pas mais pas notre lit et le lit à barreaux au fond de la chambre car ce n’est pas du tout adapté!

Et puis peut être que les parents qui anticipent la démarche ressentent aussi moins de culpabilité:

– Je choisis, donc j’assume donc je ne me pose pas de questions.

Alors que pour moi c’était plutôt:

– J’ai pas choisi mais j’ai pas le choix si je veux récupérer, je n’assume pas vraiment, je subis un peu mais en même temps j’adore l’avoir contre moi, la sentir et la câliner. Alors, je tâtonne, je découvre, je sais pas trop comment je vais sortir de là, je me dis qu’on verra demain…

IMGP0376

Le fait est qu’on en parle peu. C’est une chose qui ne se fait pas vraiment en règle générale. Je pense que beaucoup de parents vivent la même chose que nous, en silence.

Sujet tabou, bonjour !

Mais heureusement ce n’est pas le cas de tout le monde et j’ai quand même pu échanger sur le sujet pour recevoir LE bon conseil  » Ne te prends pas la tête, dors, c’est le plus important ! »

… à la réponse d’un besoin !

A côté de ça, nous avons le sentiment, au delà du phénomène de diminution de notre fatigue, d’également répondre à un besoin. Un besoin d’être rassurée, protégée. Un besoin de se sentir en sécurité aussi. Édith est très indépendante mais finalement peut être encore immature pour être capable de dormir seule tant d’heures d’affilées.

Elle a longtemps eu besoin d’être avec nous. Contre nous aussi. Alors on la portait en écharpe la plupart du temps, pour la rassurer. On ne l’a jamais laissée pleurer car selon nous, ça renforce juste un sentiment d’insécurité chez l’enfant. Mais ça c’est propre à chacun et on fait tous en fonction de ce qu’on a reçu, et surtout, des ressources qu’on a pour gérer des pleurs nocturnes sur une durée plus ou moins longue.

Avec Gweltaz, nous avons vraiment espoir que les tétées s’espacent et que petit à petit, elle ne réclame plus la nuit.

Je me demande si parfois, nous ne sommes pas trop pressés que les choses se fassent, renforçant ainsi un sentiment d’insécurité chez l’enfant. Peut être pas. Après tout Marthe a fait ses nuits sans trop de difficulté et surtout sans avoir été forcée. Enfin ça a pris du temps. Et il y a eu des retours en arrière aussi. Mais aujourd’hui on la sent hyper sereine au niveau du sommeil.

Par contre on ressent chez Édith une sécurité affective que Marthe n’a pas.

Quand je les laisse à garder, Marthe pleure et s’agrippe à mon cou. Édith me fait des signes avec sa main en souriant. Et c’est en constatant ce genre de choses que je me demande si finalement le sommeil n’est pas l’Acteur majeur dans l’acquisition de l’autonomie, dans la confiance en soi, dans la construction globale de l’enfant.

Je suis consciente qu’avec des jumeaux, tout change. J’avoue avoir besoin de temps libre et ce temps libre je le trouve pendant qu’elles dorment. J’ai lu de nombreux témoignages qui disaient qu’il fallait rythmer les multiples de la même manière. Nous avons choisi de nous adapter au rythme de chacune. Nous les avons complètement laissé faire et vraiment nous n’avons pas de regrets. Nous les avons écoutées et respectées dans leurs différences de rythme et de sommeil.

IMGP0037.JPG

Je crois que si nous n’avions eu qu’un seul bébé tout aurait été différent. Les remises en question auraient été moins présentes car peut être que nous aurions adopté dès le départ le co-sleeping. Ou peut être pas.

Je me dis qu’il y a tellement de paramètres qui entrent en compte dans le sommeil du bébé que finalement on cherche juste à s’adapter au mieux en fonction de nos filles et en fonction de notre besoin de sommeil.

Ce que je retiens de toute cette expérience c’est qu’avant, je portais un regard un peu jugeant sur le cododo mais depuis que nous le vivons avec Édith, je comprends que finalement, on cherche juste à faire au mieux, on se remet en question et on dépasse parfois les limites fixées pour simplement dormir !

 

Publicités

Mignonneries !

Ne pas connaître les sexes de nos bébés nous a apporté une troisième contrainte que je n’avais pas vraiment anticipée: les habits !

Il y a quelques semaines, nous nous sommes rendus dans mon magasin fétiche de fringues pour bébés afin d’acheter tout ce dont nous avions besoin pour leur arrivée.

En faisant le tour du magasin nous avons vite compris que ça ne serait pas si simple que ce que nous avions imaginé.

En terme d’habits de jour, tout était vraiment genré ! Impossible de trouver des articles mixtes. Nous avons donc décidé de n’acheter que des bodys et des pyjamas pour la naissance dans un premier temps puis plus tard, retourner acheter des habits pour garçon et/ou fille !

Sauf que ce ne fut pas non plus simple pour les pyjamas ! Alors du blanc, oui il y en avait, mais 4 modèles différents seulement. ( On a pris les 4 du coup). Quand on attend un bébé, finalement ça laisse du choix, mais deux c’est une autre histoire… J’ai quand même pris le temps de regarder les pyjamas plus marqués ( des paillettes, du liberty, des pois, des étoiles, du rose, des petites voitures, du bleu qui fait vraiment garçon, du gris qui fait vraiment garçon,…) mais vraiment ça ne nous a pas satisfaits. Une fille en bleu ça peut le faire car certains modèles peuvent être mixtes, mais un garçon en rose, je ne suis pas du tout convaincue.
Alors évidemment, je ne cacherai pas que si on a une fille, je serais trop contente de lui acheter des paillettes mais sans savoir ça semble compliqué.

20161118_141818.jpg

20161118_142006.jpg

Nous avons donc acheté tout ce qui nous semblait le plus mixte possible pour la naissance et le reste, et bien on verra plus tard.
Quelques semaines plus tard, sur conseils de ma soeur, j’ai trouvé des leggings/caleçons et des cardigans mixtes! Elle m’a convaincue sur le côté pratique et confortable!

20161118_141701

20161118_141853.jpg

En cas de couche qui déborde ou de vomitos, on ne change pas entièrement le bébé et niveau confort c’est le top du top! J’ai juste envie qu’ils soient dans des tenues qui ne les serrent pas et qu’ils puissent bien dormir en journée !

Le dernier gros avantage c’est que l’on peut piocher dans le placard ce qui est propre sans se soucier d’avoir toujours ce qu’il faut sous la main d’habits garçon et fille en cas de sexes opposés.

Je n’ai acheté que du naissance mais je pense que j’en achèterai en 1 mois et 3 mois plus tard. Pour nous l’important c’est de ne pas cumuler ! Je fais des lessives une à deux fois par jour, et on a un sèche-linge alors on est tous les deux d’accord sur l’idée d’être minimalistes dans nos achats pour les bébés ! (D’ailleurs ça concerne aussi le matériel mais ça, j’en parlerai dans une prochaine chronique.)

Ce qui est incroyable c’est qu’il y a sept ans, je mettais un point d’honneur à ce que chacun de mes enfants ait ses propres habits et je n’avais rien acheté de mixte. Je n’interchangeais pas du tout leurs tenues. Comme si j’imaginais que les multiples avaient besoin d’être différenciés dès le départ.
Mais je crois que ça ne passe pas forcément par là pour les nouveaux-nés. J’ai lâché prise sur pas mal de détails et franchement je suis assez convaincue par ce dont nous avons envie à l’heure actuelle pour nos deux petits.

20161118_142109.jpg

 

 

La décoration de la chambre de nos deux bébés dont on ignore les sexes!

J’aborde aujourd’hui une deuxième difficulté quant au fait de ne pas connaître les sexes de nos bébés: la décoration de la chambre!

J’y ai réfléchi assez tôt pour avoir des idées bien définies à l’avance. Nous avons acheté notre appartement il y a presque un an et il ne nous restait que cette pièce à rénover. Gweltaz a décidé de se replonger dans les travaux cet été pendant ses vacances. De toute façon, avec mon début de grossesse chaotique et le repos forcé que ça impliquait nous ne pouvions pas partir.

Nous avons décidé de faire quelque chose d’assez simple. Comme tout le reste de l’appartement, les murs de cette pièce ont été repeints en blanc. On pense qu’il y a moins de risques de s’en lasser et puis c’est plus facile d’ajouter des petits éléments de décoration à mesure. Nous nous sommes juste permis une petite fantaisie triangulaire… Une idée qui m’appartient que Gweltaz a réalisé avec perfection! Nous avons choisi le vert menthe, couleur plutôt mixte.

En ce qui concerne les tissus choisis pour la chambre, ça a été un peu plus compliqué. Il a fallu qu’on cherche des tissus qui nous plaisaient, mixtes et qui allaient avec le triangle vert ! Et ce, pour deux bébés…

Finalement nous avons opté pour du bleu, du orange, du vert,…

Pour notre mariage, j’avais confectionné des mobiles en origami. Nous en avions gardé un pour notre futur bébé, j’ai donc dû en recréé un deuxième. J’ai commandé du papier dans des couleurs un peu plus claires pour que ça ne dépareille pas avec le triangle. J’ai aussi réalisé deux guirlandes de grues.

Je n’ai pas réussi à trouver de tapis dans les tons de la chambre, nous avons donc commandé un grand plaid pour mettre au sol.

Concernant les meubles, nous avons acheté les modèles les plus simples possibles. A la fois parce que nous aimons quand les pièces sont épurées mais aussi parce que le mobilier de bébé ne dure pas longtemps. Et cette chambre a la chance d’être équipée d’un grand placard dans un mur, au fond de la pièce. Nous avons largement assez de place pour ranger toutes leurs affaires! Nous avons ajouté un meuble bas pour y mettre des jeux. J’ai repéré en plus une lampe verte en forme de dinosaure en origami qui me plait beaucoup que nous poserons dessus.

La décoration reste donc assez sommaire, nous l’avons surtout axée sur les tissus dans les lits et au sol. Pour l’instant, cela nous convient, c’est mixte et doux, en adéquation avec le reste de l’appartement!

Place aux photos!

20161008_142334

imgp0243

 

IMGP0256.JPG

 

20161008_142457 - Copie.jpg

 

20161008_142407 - Copie.jpg

 

20161008_142417.jpg

 

20161105_102148.jpg

 

20161105_102158.jpg