Mes filles, leur sommeil et moi !

Aujourd’hui, j’aborde le sujet du sommeil des bébés !

La question qui revient très souvent quand on est parents de bébés c’est : Alors il/elle fait ses nuits?

J’ai, à plusieurs reprises, entendu des parents me vanter le fait que leur enfant avait fait ses nuits dès la sortie de la maternité.

Tant mieux pour eux.

Le fait est, que j’ai du mal à comprendre comment c’est possible.

Un bébé, quand il naît ne différencie pas le jour et la nuit et a besoin de manger régulièrement. Ça me semble un peu inconcevable qu’ils fasse ses nuits si tôt.

Marthe a commencé à faire ses nuits à deux mois. Je nous estimais hyper chanceux. Il paraitrait que c’est « grâce » au biberon.

Bon finalement notre répit nocturne concernant Marthe a été de courte durée. Elle a fait plusieurs épisodes de réveils nocturnes et de refus complet de se coucher le soir ! On la berçait, rassurait au maximum mais je ne cache pas que c’est épuisant moralement et physiquement de bercer un bébé pendant plusieurs heures en plein milieu de la nuit. Mais nous restions sur l’idée de ne pas la laisser pleurer. Dans notre tête, je crois que ça n’a pas de sens.

On estime que si un bébé pleure c’est qu’il a un besoin, une angoisse ou même une douleur et que notre rôle est d’être présent pour l’accompagner dans ces moments qui sont certainement aussi difficiles pour lui. Personnellement, j’ai tenté de réfléchir calmement sur cette idée de laisser pleurer et je me suis mise à la place du bébé seul dans son lit, appelant désespérément ses parents qui ne viennent pas le voir. Bon forcément qu’au bout d’un moment il cessera de pleurer mais je ne trouve pas que cet endormissement soit serein et rassurant pour un bébé…

Parlons d’Édith ! Petite mignonnette allaitée depuis la naissance. En ce moment, on me demande souvent quand est-ce que je vais arrêter l’allaitement car c’est sans doute LA cause des nuits agitées que je passe avec elle. Oui, si elle était au biberon, c’est sûr, elle dormirait !

Alors: Effectivement je suis fatiguée, effectivement mes nuits sont vraiment pourries ( je ne dors pas plus d’une heure d’affilée depuis presque deux mois) mais non, je ne la sèvrerais pas !

La mise en place de l’allaitement est difficile, mais une fois qu’on y est arrivée, ça roule ! Et une chose me frappe depuis que les filles sont nées : ( Marthe a tété un petit peu tous les jours jusqu’au mois dernier ) elles sont hyper résistantes aux maladies !!! Elles ont eu quelques mini rhumes, une petite toux de deux jours mais à chaque fois c’est passé comme c’est venu. Je suis persuadée que l’allaitement leur permet d’avoir de très bonnes défenses.

IMG_2885

L’allaitement n’importe où, n’importe quand, dans n’importe quelle position !

Édith et Marthe découvrent beaucoup de choses en ce moment. Édith a toujours plus ou moins besoin que je sois dans les parages car effectivement on est très en lien toutes les deux mais je la trouve quand même assez indépendante la journée. Elle tète environ cinq fois. Le soir, elle ne s’endort qu’après être bien repue. Elle s’endort en tétant et je la pose dans son lit tout doucement. C’est à ce moment là qu’elle commence à m’appeler toutes les heures et la seule solution que j’ai trouvée pour l’apaiser: La faire téter encore et encore.

Certains pensent qu’elle a faim. Non en fait, elle a besoin d’être rassurée.  Je la prends, la colle contre moi, elle tête, puis je la repose dans son lit. D’ailleurs, depuis plusieurs semaines je me maudis de ne pas avoir acheté un lit en co-sleeping. Tout aurait été tellement plus simple et moins fatigant pour moi.

Le sommeil des bébés n’est pas maitrisable. Ils passent par différents stades: Poussées de croissance, besoin de contact, angoisse de la séparation, peur de l’abandon, … Nous avons pris le parti d’accepter tout ça. Un bébé n’est pas un petit objet que l’on pose dans un coin. Certes c’est dur. Certes c’est épuisant. Certes ça demande du temps, de l’attention et de la surveillance ( et franchement parfois on aimerait juste s’affaler dans le canapé tranquillement) mais nous sommes hyper heureux de voir à quel point elles sont mignonnes. ( En tout objectivité bien sûr ! )

Alors attention, je ne dis pas que je le vis toujours bien. Évidemment que parfois je n’en peux plus. Que parfois j’en veux à la terre entière. Que parfois j’envoie des sms de désespoir à mes copines. Que parfois j’ai juste envie de tout laisser en plan et d’aller boire un petit truc en terrasse au calme. Que je me sens un peu menottée à mes bébés. Que j’ai le sentiment de ne pas en voir le bout et de ne pas trouver de solution miracle. Que parfois je me sens impuissante et que je ne comprends pas pourquoi on n’y arrive pas.

Mais on tient parce qu’on sait qu’à un moment donné ça se réglera. Beaucoup de choses ont déjà été mises en place depuis la naissance. Ça prend du temps mais ça se fait petit à petit. Il faut essayer de rester zen et positif.

J’ai le sentiment d’avoir fait des erreurs avec les grands. J’ai eu beaucoup de soucis avec le sommeil d’Opale, je me suis souvent senti désarmée pour la simple et bonne raison que je me fixais des normes et des obligations. Sauf que je l’ai mal vécu. « Parce que ce n’était pas normal. » Parce qu’elle devait dormir. Parce qu’on me disait qu’elle faisait des comédies. ( A 8 mois des comédies? Sérieusement? )

Les filles ont huit mois depuis le 2 septembre. Je n’ai pas fait une nuit complète depuis dix mois et pourtant je suis toujours debout. Je m’occupe du quotidien, de mes six enfants, et de tout le reste sans difficultés, et sans aides particulières, si ce n’est celle de Gweltaz bien sûr. Je crois que moins on se fixe d’objectifs et de normes, mieux ça se passe.
Chaque enfant évolue différemment. Il faut l’accepter et l’accompagner.

J’envie carrément les parents qui dorment la nuit mais ce que je sais, c’est que je ne regrette aucun de nos choix, aucune de nos façons de faire !

4 commentaires sur « Mes filles, leur sommeil et moi ! »

  1. Salut Athena! Merci pour ce texte. Je me permet de partager mon expérience. Pour ma part c’était la même chose avec ma petite marie jusqu’à ses 8 mois ( elle finissait par passer toute la nuit dans mon lit à gigoter, tetouiller vaguement et être mal à l’aise autant que moi, la pauvre quand j’y repense….) période à laquelle ma belle mère m’a convaincue que je m’epuisais et qu’il fallait que je la laisse dormir seule pour qu’ elle et moi retrouvions notre énergie pour le bien de toute la famille. J’ai donc pris la décision de la laisser dormir toute la nuit dans sa chambre et oh miracle cela a pris 2 nuits seulement pour ne plus se réveiller ( grâce à la tétine introduite par mon Mari des la naissance aussi il faut le dire). Je rentrais uniquement dans sa chambre pour lui remettre la tétine perdue dans la porter et lui dire que j’étais là pas loin. Je sortais immédiatement pour me recoucher dans ma chambre. Du jour au lendemain ma fille et moi avons revécu. Bon biensur à partir de 6 mois jintroduis un biberon le soir avant le coucher. Mais cela ne change pas le sommeil si l’enfant ne connais aucune autre habitude que dormir collée à maman. Finalement elle et moi ne demandions que cela et j’ai appris que marie est en fait une tres bonne dormeuse la nuit et bonne vivante la journée. Le sommeil est primordial pour sa croissance , son cerveau.., et j’ai eu tellement peur qu’elle devienne plus tard une insomniaque et mauvaise dormeuse à cause de moi que j’ai pris les devants aussi… desolee pour le manque de soin dans mon écriture. J’espère que tu trouvera la solution bientôt. Bravo pour ta belle famille et cette jolie saga que j’aime suivre. Des bisous.

    J'aime

    1. Bonjour Séverine,

      Je découvre à l’instant ton commentaire qui date du 05/10. Honte à moi ! Je te remercie pour ce partage d’expérience. C’est toujours enrichissant de lire ce que les autres parents ont mis en place pour sortir de certaines situations. Ce qui m’ennuie ici, c’est que je ne suis pas une adepte du fait de laisser pleurer les bébés. Gweltaz non plus d’ailleurs. Et si je voulais qu’elle dorme dans son lit du jour au lendemain il faudrait la laisser pleurer. Ce qui va à l’encontre de notre façon de voir les choses. Cependant, je te rejoins sur le fait que le sommeil est indispensable pour la croissance. Et pour le cerveau ! Mais pour l’instant je n’ai encore pas trouvé de solution miracle pour réussir à sortir du co-sleeping avec Edith.

      J'aime

  2. très beau blog, très belle écriture a travers laquelle on sent tout l’amour du mère pour sa tribu.
    Je compatis pour les nuits sans sommeil, on a vécu cela pour numéro 2 qui ne dormait pas et pleurait sans cesse.
    Mes 3 loulous ont été allaite et 2 sur 3 ont plutôt bien dormi la nuit.
    A travers vos post vous m’avez l’air très sereine et zen avec six enfants a gérer. ouahhhhhh et moi qui me fait violence pour rester zen et crier moins alors que le miens sont grands déjà….

    J'aime

    1. Bonjour Laure. Merci pour ce message. Effectivement j’essaie de rester zen au maximum mais je suis humaine et il m’arrive aussi de râler ! Concernant le sommeil, je trouve que la première année est vraiment difficile à ce niveau. Enfin je dis première année mais Édith ne fait toujours pas ses nuits. Je crois qu’il n’y a pas de solution miracle, chaque parent s’adapte en fonction de ses ressources et des enfants qui sont, tous différents !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s