Deux bébés bien au chaud !

Après plusieurs semaines sans rien écrire, je reprends, là où je m’étais arrêtée…

Jeudi 22 décembre:

Ce jour là, j’ai rendez-vous avec l’obstétricien à la maternité. J’ai hâte de savoir ce qu’il va me dire. J’ai un peu peur qu’il m’annonce que le bébé du bas ne se présente plus comme il faut et qu’une césarienne soit de rigueur.

A l’examen, tout va bien. Les deux bébés sont bien vigoureux et le liquide amniotique est en quantité suffisante. La tête du premier bébé est toujours bien en bas. Il me dit que la naissance n’est pas du tout imminente. Il lève les consignes de repos et me demande de stopper la prise de spasfon systématique. Il faut maintenant que mon corps travaille. Je suis à 35 semaines!

Il me dit qu’il part en vacances le lendemain et ce, jusqu’au 2 janvier ! Il m’explique qu’il a discuté avec ses confrères, et qu’aucun n’est pour une naissance par voie basse. Il note quand même dans le dossier qu’il autorise la voie basse jusqu’au 2 janvier. Passé ce terme, les risques seront trop accrus.

Mes sentiments sont alors mitigés. Soit, je recommence sérieusement à bouger pour favoriser les chances de voie basse (au risque tout de même d’avoir une césarienne puisque mon obstétricien ne serait pas là pour m’accoucher, soit j’attends patiemment sans faire d’efforts et puis on verra bien…)

Je me sens triste et déçue. Le premier bébé est bien positionné mais ce n’est encore pas suffisant pour que je garde espoir… Avant de me laisser repartir, il me demande de descendre aux consultations de sage-femme pour surveiller ma tension car il a un doute. Je n’ai pas l’habitude d’en avoir et là, elle est assez élevée.

Je reste presque deux heures en observation avec une sage-femme. Mon énervement est tel que ma tension ne baisse pas. Finalement, après un temps de repos, je me calme et elle me laisse enfin repartir ! Après la consultation, je rentre chez moi en me disant qu’après noël, je recommence à bouger. Je choisis de me laisser une chance de les faire naître naturellement.

La journée de noël se passe au calme. Nous profitons de ces temps de jeux avec les enfants. J’aime beaucoup l’ambiance de cette journée et la joie des enfants en ouvrant leurs cadeaux.

p1010043

Le soir du 25 décembre, nous déposons les enfants chez leur papa pour une semaine. Ils seront de retour le 1 er janvier. Je me dis que je vais certainement accoucher avant qu’ils ne rentrent.

Gweltaz est en vacances pour une semaine. La naissance à ce moment là tomberait vraiment bien !

Nous profitons de nos derniers temps à deux. Balades, shopping, et repos sont au programme !

27 décembre:

Ce jour-là, j’ai rendez-vous pour la dernière échographie. Les bébés sont estimés à 2.300 kg. On ne distingue pas grand chose sur l’écran. L’examen est rapide. Elle nous explique qu’il faut au moins atteindre les 36 semaines (deux jours plus tard ) pour que les bébés aillent vraiment bien. Mais moi, je ne suis plus tellement décidé à attendre.

Je me rends compte qu’après avoir tant été parasitée à l’idée d’avoir des bébés prématurés, maintenant que j’ai passé tous les stades critiques je n’ai envie que d’une chose: accoucher! Plus personne ne peut me raisonner. J’ai mal partout, je peine à trouver des positions confortables pour dormir, j’ai du mal à respirer, mon ventre est gros et lourd, je me sens très fatiguée, j’ose le dire, je n’en peux plus !

Je me sens prête à accueillir nos petits.

Les jours passent, et je ne ressens absolument aucun signe d’un potentiel accouchement. Nos bébés sont bien au chaud et ne semblent pas avoir envie de sortir… Autant au repos, j’avais beaucoup de contractions, autant après reprise de ma vie (presque) normale, je n’en ressens plus aucune !

Je commence à faire le deuil de mon accouchement rêvé.

Mes sentiments sont très contradictoires. D’un côté je me dis que plus ils restent dans mon ventre, mieux c’est pour eux, mais d’un autre, je me dis qu’au terme où je suis, ils iront bien donc autant qu’ils naissent afin que mes souffrances physiques cessent et que j’évite la césarienne…

p1010092

A 36 semaines

31 décembre :

Ce jour-là, Gweltaz bricole dans la salle de bain. Je décide de nous préparer un bon repas pour le réveillon. Je n’avais pas cuisiné depuis longtemps ! Ca me fait hyper plaisir ! La soirée est calme. Dans la nuit, je ressens des contractions. Douloureuses et régulières.

Des bébés du 1er janvier???

Je décide de ne pas réveiller Gweltaz tout de suite, au cas où ce serait une fausse alerte. Au bout de trois heures, les contractions s’espacent et disparaissent, ce ne sera donc pas pour cette nuit !

1er janvier :

Mes enfants rentrent de chez leur père à 18h. Nous profitons de notre dernière journée tous les deux. Gweltaz reprend le travail le lendemain. La motivation n’est pas vraiment là. Nous étions dans l’accueil de nos bébés et finalement, ils ne sont pas nés. Le rythme va donc reprendre. Le lendemain, il n’y a pas d’école, je prévois une journée repos et jeux avec les enfants ! Je n’ai pas passé de temps seule avec eux depuis longtemps. La journée s’annonce calme et agréable !

 

2 commentaires sur « Deux bébés bien au chaud ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s