Une grossesse particulière.

Avant d’être enceinte, je me doutais bien que je n’allais pas vivre une grossesse bisounours entourée d’étoiles et de licornes. Quand il faut gérer quatre enfants au quotidien, on n’a pas vraiment le temps de profiter de la joie de porter un ou deux ou trois,… bébés!

PREMIER TRIMESTRE :

imgp0129

Je ne peux pas dire que j’ai apprécié ces premiers mois. J’ai fait un hématome qui nous a clairement inquiétés. Après deux visites aux urgences, les médecins m’ont conseillé de me mettre au repos.

«Oui mais le repos ça consiste en quoi ?? »

Est-ce que je peux faire un peu de voiture ? Est-ce que je dois rester un peu allongée ? Est-ce que je dois éviter tout type d’efforts ? Nous n’avons jamais eu de réponse concrète. On savait juste que le repos évitait les risques de fausse couche, après, les limites, on ne les connaissait pas. Nous avons donc géré cette période à notre façon. Dès que je pouvais, je m’allongeais, j’évitais les trajets en voiture, je ne portais aucune charge,… J’ai été suivi toutes les semaines jusqu’à ce que l’hématome se résorbe (soit 6 semaines en tout). En plus de ça, j’ai été très malade et j’ai cru à plusieurs reprises que je ne survivrais pas à ces nausées! (Finalement si, j’ai survécu !)

DEUXIEME TRIMESTRE :

20161007_151426

Le voilà, le super trimestre dont tout le monde parle en bien. Il parait que les femmes sont rayonnantes, épanouies, en forme. Le ventre commence à s’arrondir, la fatigue s’estompe, la vie est belle.
Oui alors ça c’est valable pour certaines mais pas pour toutes à priori. Enfin je ne sais pas si ça dépend des femmes ou du nombre de bébés portés à vrai dire.
Pour moi, la fatigue est toujours présente, mon ventre ne commence pas à s’arrondir mais est déjà bien gros et j’ai déjà du mal à mettre mes chaussures ! Je ne me sens pas particulièrement rayonnante et épanouie, je vis avec des douleurs physiques en permanence, je me traîne et je m’impose un repos quotidien d’au moins trois heures par jour allongée.

Je compte les semaines (oui parce qu’après avoir vécu une grossesse triple et avoir accouché de bébés de 1500 gr, je connais par cœur les stades de grande, moyenne et petite prématurité, chose qui finalement m’angoisse au quotidien.)

Depuis jeudi je suis à 25SA. Je crie victoire car la grossesse avance mais en même temps j’entre dans les stades très critiques et il faut que je continue à m’occuper de mes enfants comme si je n’étais pas enceinte. Oui mais quelles sont les limites? Je n’ai pas vraiment de repères. Je ne me suis jamais posé de questions pour Zéphir, et pour Opale, Balthazar et Adémar, le repos est stricte dès que le diagnostic est posé ce n’est donc pas évident de savoir si je me repose trop ou pas assez. J’attends donc mon suivi toutes les deux semaines avec impatience en espérant que mon col de compet’ soit toujours bien long! Et j’avoue avoir vraiment hâte de commencer le suivi à domicile d’ici 1 semaine.

Je n’imagine absolument pas une hospitalisation possible pour cette grossesse. Je ne peux pas déléguer la gestion de mes enfants puisque nous n’avons personne pour les gérer au quotidien en cas de soucis! Bien sûr nous aurions de l’aide mais elle serait occasionnelle. Gweltaz travaille beaucoup en ce moment, ce serait inimaginable que je ne sois plus là pour m’occuper d’eux. Alors grâce à ces temps de repos quotidiens je garde espoir que je ne vivrai pas de nouveau une menace d’accouchement prématuré! Oui mais est-ce que ce n’est pas un peu excessif ? Après tout, beaucoup de futures mamans de jumeaux vivent normalement et mènent leur grossesse à terme alors pourquoi pas moi ? Ne suis-je pas trop prévoyante ? Peut-être que j’anticipe trop ce qui pourrait arriver parce que ma vision des choses est complètement déformée par la grossesse triple ?

Et bien en fait, je ne sais pas.

J’ai donc mis en place des choses afin de m’économiser au maximum. Heureusement, les enfants sont de plus en plus  autonomes. La sortie de l’école reste fatigante mais une fois à la maison, ils m’aident. Quand je suis épuisée, je leur demande de venir auprès de moi dans le lit les uns après les autres pour faire leurs leçons. Ils prennent leurs douches seuls, rangent leurs habits, font des jeux de société, mettent la table, rangent la cuisine et aident à la préparation du repas. Mais j’avoue que malgré tout, je piétine encore pas mal parce qu’il y a toujours des soucis à gérer qui finalement m’épuisent :

  • Un pyjama qui a disparu
  • Une bagarre
  • Un crayon vert clair qui reste introuvable
  • Une chaussette peu docile
  • Un enfant qui oublie de sortir de la douche trop occupé à dessiner sur la paroi en verre
  • Zéphir qui  entreprend de faire un exposé mais qui, soit disant, ne trouve aucune information dans le dictionnaire
  • Un brossage des dents qui se terminent en combat de brosses à dents
  • Un potage renversé
  • Colonel Moutarde accusé à tord d’avoir tué avec le fer à cheval  dans le jardin parce qu’un des joueurs a triché (tricherie qui amène cris pleurs et sentiment d’injustice…)

Et je ne parle pas des crises régulières d’Opale…

J’ai donc fait un dossier pour avoir une aide à domicile après les vacances de la Toussaint. Elle viendra tous les jours, ira chercher les enfants à l’école et restera pour m’aider jusque 18h30.

Et en attendant, la maman de Gweltaz s’est proposé de venir de temps en temps après son travail. Je me sens un peu plus sereine à l’idée d’avoir de l’aide afin de préserver au mieux nos bébés. (Car finalement, je suis seule responsable de leur santé pour l’instant…)

Au final, même si je crois que chaque grossesse apporte  son lot d’angoisses, je me dis que cumuler une grossesse multiple et la gestion de quatre enfants est un sacré challenge ! Même si il y a quand même des moments adorables ( Un enfant qui éclate de rire en sentant un bébé bouger sous sa main par exemple…)

En tout cas, l’objectif est que je tienne encore 2 mois et demi et je sais d’avance que je vais vivre cette période dans l’angoisse de la prématurité.

Finalement je n’ai pas vraiment profité du début de grossesse et je ne suis pas certaine de réussir à profiter ne serait-ce qu’un tout petit peu avant leur naissance…

 

 

Un commentaire sur « Une grossesse particulière. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s