4 – Athéna, maman de jumelles de 18 mois !

Hello tout le monde !

Aujourd’hui, je publie le deuxième volet de ma vie de maman de multiples !

Puisque j’ai deux expériences bien différentes, après avoir répondu aux questions concernant mon vécu en tant que maman de triplés, voici celui de maman de jumelles !

Comment as-tu découvert ta grossesse multiple?

J’ai découvert ma grossesse gémellaire très tôt après mon début de grossesse. J’étais à 4 semaines.
J’étais arrêtée depuis une semaine car je me sentais épuisée et vraiment mal-en-point.
Suite à une inquiétude, j’ai pris un rendez-vous en urgences chez ma gynécologue.
Ce jour là, j’avais prévu d’aller à la maternité voir ma nièce qui venait de naître. Je n’ai pas annulé pour autant, je suis allée la rencontrer avant de filer à mon rendez-vous.
Sur le chemin, j’ai appelé Gweltaz. J’avais besoin de lui parler pour qu’il me rassure. Il m’a demandé si je voulais qu’il m’accompagne pour cet examen mais persuadée que je pouvais gérer ce rendez-vous seule, j’ai dit non.
La gynéco m’a reçue sans trop d’attente. Après lui avoir expliqué la raison de ma visite elle a commencé l’examen.
Au moment où elle a posé la sonde sur mon ventre j’ai aperçu cette image qui ne laisse absolument pas de place au doute :
IMG_1891

Je me suis mise à pleurer. J’ai dit à la gynéco que ça ne pouvait pas m’arriver encore une fois !

 » Non ce n’est pas possible ! Je veux vivre une grossesse simple et sans inquiétudes. Je veux materner, allaiter, profiter d’un seul bébé… »

Elle ne parlait pas beaucoup et restait très concentrée puis elle me dit :
« Ne vous inquiétez pas, j’ai vérifié, il n’y a bien que deux embryons ! Les cœurs battent très bien et leurs mesures sont similaires. »
Je ne peux pas dire que ça m’ait rassurée. Je me sentais triste et en colère. J’avais juste envie qu’elle me laisse tranquille.
Cette gynéco me suit depuis la grossesse de Zéphir. Elle me connait bien. Elle m’a dit qu’elle était contente pour moi. Qu’il ne fallait pas que je sois si triste. Qu’un seul bébé se serait ennuyé au bout de la fratrie et que la nature était certainement bien faite.
Elle a continué l’examen jusqu’à trouver la cause du souci principal pour lequel je l’avais initialement consultée. Finalement, elle a diagnostiqué un hématome sous les poches qui nécessitait un repos strict jusqu’à résorption complète.

L’examen s’est enfin terminé ! J’avais envie d’appeler Gweltaz mais avant, j’avais pour consigne de programmer tous les rendez-vous jusqu’à la fin de la grossesse.

Je me sentais un peu perdue. Moi qui voulais un suivi light, je me retrouvais à noter sur mon agenda un nombre incalculable de rendez-vous.

En sortant, j’ai de suite appelé Gweltaz. Je pleurais.
Il m’a dit :
« Le bébé a un problème ? »
Je lui ai répondu :
« Non il va bien. Mais en fait, il y en a deux ! »
Je me souviendrais toujours de sa réponse :
« Non !!! » avec un ton surpris et quelque peu inquiet.
Je lui ai expliqué que je ne me sentais pas capable d’aller chercher les grands au périscolaire (vu l’état de mes yeux tout gonflés ) et que je préférais rentrer me reposer.
Sur le chemin, je me suis demandée pourquoi ça m’arrivait à moi. Je me disais que je n’avais pas envie d’avoir deux bébés. Je connaissais le phénomène multiple et je n’avais envie de revivre ça pour rien au monde.
J’avais le sentiment que tout s’envolait. Cette grossesse, je l’attendais depuis plusieurs mois. Nous attendions de finir tous nos projets en cours afin d’être hyper disponibles pour profiter de la grossesse et de l’arrivée d’un bébé.
A côté de ça, je commençais déjà un suivi intensif, et des inquiétudes en tous genres naissaient sans que je ne réussisse à tout gérer émotionnellement.
Finalement à ce moment là, je n’avais que du négatif en tête et je n’arrivais pas à me raisonner.
J’ai appelé mes copines. Elles m’ont écoutée. Impuissantes. Pas tellement surprises.
Ce jour là, Gweltaz est rentré avec les grands à 18h30. J’avais envie de lui parler mais les enfants étaient là et je ne voulais pas les inquiéter.
Opale a de suite vu qu’il y avait un truc qui n’allait pas. Elle m’a demandé s’il y avait un problème. Je lui ai répondu que tout allait bien.
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, le soir, au dîner spontanément elle nous dit :
 » Un bébé, c’est facile ! Deux bébés ça va. Trois bébés c’est bien trop difficile ! »
Puis elle a changé de sujet.
Les enfants ne savaient pas que nous envisagions de faire un bébé donc encore moins que j’étais enceinte.

Comment s’est déroulé ton suivi de grossesse?

Mon suivi de grossesse a été bien intense. J’avais un rendez-vous tous les quinze jours avec ma gynéco et des échos poussées tous les mois.

J’avais prévu de m’inscrire dans une clinique à quelques mètres de chez moi. ( Je m’étais d’ailleurs imaginé partir accoucher à pied ). Ma gynéco m’a dit que je pouvais tout à fait accoucher là-bas.

Mais très stressée par la prématurité, on a préféré jouer la carte de la sécurité et aller dans une plus grande clinique habilitée à recevoir des bébés nés à partir de 34 semaines.

Dans des plus petites cliniques, les bébés nés trop tôt sont transférés au CHU et parfois la maman n’a pas de place pour être auprès de son/ses bébés.

A côté de ça, j’ai vu une sage-femme pour toutes les questions moins médicales avec laquelle j’ai fait une préparation à la naissance en yoga. Ça n’a pas été une grande réussite car les cours étaient le matin et j’étais très sujette au malaise jusqu’au midi.
Je n’ai pas fait la moitié des exercices mais je crois que ça m’a quand même fait beaucoup de bien moralement. Comme si c’était un moment où je pouvais me mettre dans une bulle, bien protégée des agressions extérieures et de toutes les inquiétudes qui me parasitaient en permanence. ( Même si clairement, j’enviais toutes ces femmes qui n’attendaient qu’un seul bébé et qui se préparaient à des accouchements simples. )

A partir de 27 semaines, j’ai été suivie en parallèle par un obstétricien à la clinique qui m’a prescrit un suivi sage-femme à domicile.

La sage-femme est venue une fois par semaine (puis deux fois par semaine à partir de 32 semaines ) afin de faire des monitorings pour surveiller les cœurs des bébés et les contractions.

P1010092

( 28 décembre 2016, dernière photo de grossesse, 5 jours avant la naissance des filles. )

Raconte-nous la naissance de tes enfants.

L’année dernière, j’ai publié un récit détaillé de la naissance d’Édith et Marthe.

IMG_2011.JPG

Si vous avez envie de le relire, ou si ça vous intéresse de le découvrir, c’est par ici !

20170120_111312

20170120_112630

 Peux-tu nous décrire ton séjour à la maternité?

Mon séjour à la maternité s’est globalement bien passé. Je ne peux pas dire que ça ait été une réussite mais finalement, j’ai le sentiment que toutes les mamans en sortent un peu déçues. Comme si on mettait beaucoup trop d’espoir dans l’accompagnement qu’on avait envie de recevoir durant cette période de grande vulnérabilité.

J’avais d’ailleurs publié un article spécial sur mon séjour à la maternité après la naissance d’Édith et Marthe : Le voici !

P1010219

( 29h après leur naissance. Je souris pour la photo mais en vrai je souffre beaucoup ! )

 As-tu allaité ou as-tu donné le biberon?

Alors là, si vous m’avez suivie, je fais partie de ces mamans qui n’ont pas complètement choisi l’alimentation de leurs bébés.

Je voulais allaiter mais pour Marthe ça a été un peu compliqué.

P1010123.JPG

(Marthe durant la tétée d’accueil, 1h après sa naissance )

Je détaille ici mon expérience de l’allaitement d’Édith et Marthe en exprimant mes doutes et les difficultés rencontrées; et ici, j’explique les choix que nous avons faits un peu à l’encontre des avis médicaux pour l’alimentation de Marthe.

Avec du recul, je n’ai pas de regrets.

Finalement, le fait de n’allaiter qu’un seul bébé nous a permis de gérer les nuits à deux. Gweltaz s’occupait de Marthe. Je m’occupais d’Édith. On n’était pas forcément sur le même rythme mais c’était important pour nous de respecter le sommeil de chacune donc on a fonctionné à la demande dès le retour à la maison.

Presque 18 mois plus tard, j’allaite toujours Édith à la demande. Elle tête minimum 6 fois par jour. Pour l’instant ça nous convient bien à toutes les deux donc pas de sevrage en prévision.

Peux-tu nous dire quelques mots sur les premiers mois avec les bébés?

J’avais déjà écrit un article sur les premiers mois d’Édith et Marthe .

Dans tous les cas, je garde en tête une première année épuisante. Je ne pense pas que la gémellité soit la plus responsable de cette fatigue mais que le quotidien avec six enfants dont deux bébés a clairement fait de nous des personnes fatiguées du matin au soir et du soir au matin.

20170202_130204

20170126_124547

Malgré tout, j’ai le sentiment qu’on a réussi à s’octroyer des jolis moments avec nos bébés remplis de tendresse et d’amour.

Je garde aussi en tête la relation entre les grands et leurs petites sœurs qui s’est créée petit à petit. C’était tellement chouette de découvrir tout cet amour qu’ils ont pour elles !

 As-tu repris le travail à la fin de ton congé maternité?

Mon congé maternité s’est terminé en juillet 2017 et depuis je suis en congé parental !

C’est important pour moi d’être auprès de mes enfants.

IMGP0406.JPG

Pour ceux que ça intéresse ou qui ne l’ont pas déjà lu, j’ai dressé un bilan de ma vie, un an après la naissance des filles pour faire le point sur mon quotidien et sur ce que je ressens parce que finalement, moralement, ce n’est pas si simple d’être à la maison.

 Tes multiples sont-ils ensemble ou séparés à l’école? Ce choix est-il le vôtre, celui des enfants ou a t-il été fait par le personnel enseignant?

Si tes enfants ne sont pas encore scolarisés, as-tu déjà des souhaits?

Si vous avez lu ma réponse à cette question dans l’article qui concerne ma triple team, vous savez déjà que notre choix se portera vers une seule et même classe pour les filles !

Comment se passe la gestion de ton quotidien depuis que tu as des multiples?

J’ai un quotidien très chargé et clairement peu de temps pour moi. Je vis en fonction de mes enfants, de leurs sorties, envies, fatigue, activités, pique nique et compagnie. Les filles dorment encore bien en journée ( 2h le matin et 2h l’après-midi) ce qui me permet de réussir à gérer tout le rangement, le ménage, la paperasse et la logistique de linge.

20180526_162010.jpg

( Et parfois je suis dingue et j’accepte même qu’ils invitent des copains à la maison ! )

Les grands s’occupent bien tous les quatre, la sollicitation est moins importante. Et puis ils m’aident avec les filles puisqu’il y a en permanence un enfant pour jouer avec elles.

20180301_115616

20180525_122128

A côté de ça, on essaie de s’octroyer des temps plus agréables avec eux (dîner, jeux de société) pendant que les filles dorment. Et franchement, ça fait du bien !

Par contre, la charge mentale fait partie intégrante d’un quotidien qui roule. Car plus on anticipe les choses, mieux ça se passe. Mais finalement il y a tous les jours des choses à anticiper donc mon esprit n’est jamais libre et serein mais je pense que tous les parents sont dans la même situation !

20180314_194247.jpg

 Qu’est ce que t’a apporté le fait de devenir maman de multiples?

 Je l’avais déjà dit dans l’article précédent mais je le redis, je reçois tous les jours beaucoup d’amour ! Et ça il faut bien le dire, c’est une jolie récompense !
L’arrivée des filles m’a aussi vraiment apaisée. Je me sens plus calme, plus sereine, plus en phase avec ce que j’ai envie d’apporter à chacun de mes enfants afin qu’ils grandissent dans de bonnes conditions.
IMGP0240
IMGP0222
Et puis le fait d’avoir déjà vécu beaucoup de choses avec des multiples me permet aussi de relativiser et de moins me prendre la tête sur des détails.

 Avec le recul que tu as, quelle est la chose la plus difficile selon toi?

La chose la plus difficile que je peux citer concernant les filles est le manque de sommeil !

Édith a fait ses nuits à 15 mois. Honnêtement c’est difficile de peu dormir la nuit durant tout ce temps tout en ayant des journées aussi remplies que sont les nôtres !

C’est derrière nous, je n’en suis pas mécontente !

IMGP0259.JPG

♦♦

Voilà ! Cet article résume assez bien notre expérience de la gémellité. J’ai mis pas mal de liens qui renvoient vers des articles déjà publiés qui vont un peu plus dans le détail. Alors si ça vous intéresse, n’hésitez pas à aller les lire.

En parallèle, si vous ne les avez pas déjà lus, voici trois articles que j’ai écrit durant ma grossesse et qui résument très bien mes doutes, mes inquiétudes et mon état d’esprit !

Ici, c’est un article que j’ai écrit à 5 mois de grossesse et qui résume bien les questionnements qui ne m’ont pas quittée jusqu’à la naissance d’Édith et Marthe.

Celui-çi, je l’ai écrit quelques jours plus tard. Il résume assez bien ce que j’ai vécu durant le second trimestre.

Mon état d’esprit et ma forme au cours du troisième trimestre sont décrits dans cet article, un mois et demi avant la naissance des filles !

Et la fin de grossesse se trouve ici  et ici !

 

 

 

Deux petites mignonnettes de 18 mois !

4 juillet 2018, les filles ont 18 mois depuis 2 jours, je pense donc qu’un article les concernant s’impose !

Le mois de juin a été très chargé pour nous mais rien ne nous a empêché de les regarder évoluer de jour en jour.

C’est incroyable comme les enfants changent en peu de temps à cet âge là.

Marthe et Édith ne sont plus des bébés. Elles ressemblent désormais à des petites filles. En ce moment, on se dit qu’elles sont grandes ! Elles nous épatent et nous attendrissent en même temps.

Marthe est joueuse, joviale, drôle et hyper attachante. Elle est plutôt indépendante. Très dynamique, extrêmement souriante et vraiment pleine de vie. Elle s’intéresse à tout, et adore découvrir de nouvelles choses. La délicatesse ne fait pas vraiment partie de son quotidien, et elle parle assez fort mais elle sait aussi être attentive quand il le faut.

20180621_181148

En ce moment ses apprentissages principaux se portent sur le langage. Elle dit quelques mots et on sent que chacune de nos phrases sont très bien comprises et assimilées. Elle sait d’ailleurs hyper bien se faire comprendre.

Niveau motricité, elle court, grimpe et fait des galipettes !

Depuis quelques temps nous passons beaucoup de temps dans le jardin. Elles ont une coquille dans laquelle on met de l’eau et grâce à cela, Marthe s’oriente vers la propreté.

20180626_165732

Elle demandait à changer sa couche en installant le tapis à langer, une couche et les cotons depuis plusieurs semaines déjà mais là, elle se rend compte qu’elle a envie de faire pipi et court souvent vers le pot. Je ne sais pas si ça va se jouer cet été mais c’est en tout cas vraiment bien partie !

On sent en elle une sensibilité bien cachée mais tout de même présente.

20180601_130158

Elle passe beaucoup de temps dans les bras de Gweltaz et hurle dès que je la pose dans son lit ( pour cesser de pleurer 15 secondes plus tard ).

Édith elle, est plus discrète. Elle est câline, douce, sensible et très délicate. Elle ne fait pas beaucoup de bruit, la surveillance est donc assez intense car elle n’a peur de rien et grimpe partout !

 

C’est un tout petit gabarit, elle est hyper souple ce qui lui permet de faire plein de choses très mignonnes !

20180702_204705

Elle sait clairement ce qu’elle veut. Et surtout ce qu’elle ne veut pas. Impossible de lui changer sa couche ou de l’habiller si elle ne l’a pas décidé. Et parfois elle veut choisir ses habits ( en l’occurrence ses chaussures : des crocs datant de l’époque de Zéphir qu’elle adore et qu’elle veut porter en permanence alors qu’elles sont trop grandes pour elle ! )

20180629_122935

(Bon là c’est Marthe qui les porte car de temps en temps elle arrive à les prendre pendant que sa soeur est occupée…)

Elle est, tout comme Marthe, très sensible et a vraiment besoin de son cocon familial qui la rassure. Elle passe tout son temps avec nous ( ou pas très loin ).

Niveau sommeil : après avoir tant galéré pour les nuits, elle dort désormais 12h par nuit sans se réveiller.

Elle tête toujours et je pense que l’on s’oriente clairement vers un sevrage naturel. On sent que le besoin de téter est présent chez elle donc on la laisse gérer, comme elle l’a fait avec le sommeil.

Elle dit elle aussi quelques mots et comprend absolument tout.

Il y a deux semaines, j’ai glissé dans l’escalier avec elle. Cette chute nous a valu une journée de stress et un diagnostic désagréable à entendre : Fracture au niveau du tibia pour elle. Cette fracture est très bénigne et n’aura aucune incidence sur sa croissance. Elle n’a pas eu besoin de plâtre et a hyper bien géré sa douleur. J’en parle d’ailleurs déjà au passé alors que l’orthopédiste nous a parlé d’un rétablissement en trois semaines minimum. Mais alors qu’au début on la sentait vraiment en peine physiquement, elle a très vite récupéré et grimpe de nouveau comme avant. Elle se ménage encore et ne recourt toujours pas mais finalement c’est impossible de se dire qu’elle a subi un traumatisme quand on ne le sait pas.

20180620_170527

20180620_170539

( Deux jours après sa blessure )

Le fait est que je m’en suis beaucoup voulu…

Leur relation :

Marthe et Edith sont très en phase toutes les deux. Elles passent tout leur temps ensemble et quand elles ne se voient pas, elles se cherchent:

« Maaaaa ???? »

 » Didith ???? »

 

 

 

Elles se font des bisous, des caresses et des câlins spontanément. Elles râlent de temps en temps l’une contre l’autre pour un jeu mais ça reste assez rare.

Elles sont assez coquines et ont beaucoup d’humour toutes les deux; la surveillance est donc maximale tant les idées fusent à deux cerveaux ! Édith est très malicieuse et Marthe plutôt exploratrice.

 

 

(Quand l’une fait un nouveau truc, l’autre le teste aussi ! )

La relation qu’elles entretiennent entre elles est complètement différente de celle d’Opale, Balthazar et Adémar. Je ne sais pas si ça vient du fait que les triplés ne fonctionnent pas comme les jumeaux ou si c’est dû au fait que ce soit deux filles mais on perçoit clairement les différences dans le lien.

Suite à ma demande de places en crèche, nous avons réussi à obtenir deux places pour deux matinées par semaine à partir de septembre.

Je suis contente de me dire qu’elles vont vivre de jolies aventures en dehors de chez nous.

Je me rends compte qu’à la maison elles sont très protégées. Leurs grands frères et sœurs sont très doux avec elles et les couvent comme de petits moineaux tout juste sortis du nid.

20180628_172442

Elles vont donc découvrir une collectivité certainement un peu plus brutale.

J’espère que ça ira. Je me rassure en me disant qu’elles seront toutes les deux !

Concernant les ressemblances physiques, je me dis souvent que si on avait vraiment voulu qu’elles soient différentes on n’aurait pas pu faire mieux. Mais finalement, les gens nous disent régulièrement qu’elles se ressemblent, parfois même qu’ils n’arrivent pas à les distinguer.

Chose que je mets sur le compte de la fascination qu’ont beaucoup de personnes pour les jumeaux monozygotes.

En réalité, Marthe a des yeux en amande, Édith de grands yeux. Édith a la peau mate, Marthe est très blanche. Marthe a un visage rond, Édith plus en long.

Elles n’ont pas la même bouche, ni le même nez, ni les mêmes cheveux, ni la même implantation, ni la même couleur d’yeux, ni le même gabarit, ni le même sourire,…
Je pourrai faire une liste hyper longue de leurs différences sans trouver de similitudes.

Par contre, je vois un peu de mes enfants dans chacune d’elles !

L’été est là, nous profitons bien du jardin. 18 mois ça commence à être bien plus simple pour beaucoup de choses ! On profite pleinement des moments qu’on passe avec elles car ce sont deux petites filles qui pleurent peu et qui sont vraiment très agréables au quotidien.

20180701_175118

Vous l’aurez compris, elles sont exactement ce dont on avait besoin pour être comblés !

♥♥

 

 

 

 

 

Les jolies larmes du mois de juin !

Le mois de juin est toujours très chargé en émotions pour moi !

C’est le mois des galas, spectacles et représentations en tout genre.

Et j’ose l’avouer, j’adore cette période.

L’effervescence commence quand il faut acheter les costumes ou du moins quelques pièces qui vont composer leurs tenues.

Généralement  je choisis seule et ils essaient ensuite. Alors évidemment il y a toujours des loupés qui nécessitent de faire un saut chez decath’ pour assister aux multiples essayages d’Opale qui hésite vraiment entre la jupette noire en 8 ans et la jupette noire en 10 ans. Elle tourne, virevolte dans le magasin en jupette transparente et slip motifs cerises en dessous.

Les gars la regardent du coin de l’œil mais aimeraient bien qu’elle fasse son choix afin d’aller voir au plus vite les articles qui les intéressent dans le magasin.

Le fait est, qu’elle adore sa tenue et qu’elle n’est pas dans une réelle démarche de choix mais plutôt dans l’idée de profiter au maximum d’être habillée en danseuse…

Cette année ils sont en pirates pour la représentation de patinage. Quelques accessoires sont fournis par le club, le reste est demandé aux parents.

Samedi, 16h. Plus qu’une heure avant le départ. Je boucle les cheveux d’Opale au fer depuis 45 minutes. Grosse galère, rien ne tient. (Pourquoi n’ai-je pas pensé aux bigoudis??) Elle semble contente malgré le résultat désastreux et insiste pour mettre un peu de mascara et de rouge à lèvres:

« Les entraîneuses ont demandé ça Maman ! « 

« Bon ok… »

La voilà prête. Elle danse dans le salon, justaucorps et jupette collés à la peau.

Les gars arrivent, chemise blanche mise et…tee-shirt en dessous.

 » Euh non les gars. Méga fashion faux pas là ! Pas de tee-shirt sous une chemise (blanche qui plus est !) »

Balthazar me demande si je vais le reconnaitre. ( Il me fait rire ! )

« Balthazar, vous êtes combien de garçons dans votre groupe? »

« 3 ! »

« Ah oui, donc Zéphir, Adémar et toi ?! »

« Oui c’est ça ! »

 » Donc je vais te reconnaitre sans aucun problème, ne t’inquiète pas ! »

Ils chaussent leurs patins tout excités. Les 6 heures à venir vont remplir leur mémoire de jolis souvenirs d’enfance.

Papy et mamy sont venus pour l’évènement. L’année dernière nous y étions allés tous les deux avec Marthe et Édith, nous avions moyennement profité avec deux bébés de 5 mois; donc cette année Gweltaz garde les filles.

Nous arrivons devant les vestiaires, j’embrasse ceux que j’arrive à attraper au vol et je les regarde filer à toute vitesse.

Nous partons faire la queue pour s’installer. Je me rends compte que j’ai un sac sur le dos contenant le pique-nique d’Opale !

Je fais demi-tour.

Je l’imagine déjà en pleurs sans son repas ! Les bénévoles me font entrer dans les coulisses, j’aperçois mes enfants euphoriques et Opale rigolant en plein milieu du groupe ! ( Bon finalement ça n’a pas eu l’air de l’inquiéter !).

Installée dans les gradins avec mes parents, j’attends le début du spectacle. De loin, j’aperçois juste les chapeaux qu’ils portent.

Je vois les groupes défiler. Mes enfants m’ont dit qu’ils passaient en 7ème position. Mais j’ai l’impression que 10 groupes sont déjà passés ! Je suis très impatiente !

Mais d’un coup, je les vois ! Ils sont là !

Balthazar entre en premier sur la glace. Ah non c’est Adémar !

Hann maquillés, et avec les mêmes tenues je les confonds ! Balthazar avait raison de se demander si j’allais les reconnaitre !

Mes petits pirates glissent sur la glace et après un superbe freinage digne de petits patineurs expérimentés, ils se mettent en position de départ !

La musique de Pirates des Caraïbes démarre et là je pleure !

Je me sens très émue de les voir si bien patiner. Je les trouve déjà si grands. J’essaie de filmer et de regarder en même temps mais on ne peut pas dire que ce soit simple surtout avec les yeux remplis de larmes.

Leur passage est super, ils traversent la glace dans tous les sens et font de jolies figures.

La musique se termine, je les applaudis aussi fort que je peux avec toute la fierté du monde.

J’ai envie de les serrer dans mes bras pour les féliciter et leur dire que je les aime mais c’est impossible.

Le spectacle continue. Je peine à me concentrer sur le groupe suivant. J’ai tout de même une grosse déception: le fait qu’ils soient tous dans le même groupe ne m’a pas permis de tous bien les regarder. J’ai le sentiment d’avoir loupé des trucs.

Quelques heures plus tard, c’est l’heure de retourner les chercher. Ils sont heureux, fiers et très fatigués. Je les félicite et les serre fort dans mes bras. C’était une belle journée. Ils m’ont épatée et vraiment émue.

Le week-end suivant, c’est le gala de ma danseuse étoile ! Le spectacle est millimétré, nous recevons par mail tous les deux jours des consignes très précises !

Le chignon doit être impeccable. Je passe du temps sur Youtube à visionner des vidéos de chignons de danseuse classique ! ( Il faut au moins ça pour une petite fille de 8 ans en première année…)

Le spectacle commence ! Il est superbe ! Les costumes son sublimes. La mise en scène géniale et les musiques hyper modernes. Je suis bluffée par le travail de la prof.

Balthazar et Zéphir sont captivés, ils regardent attentivement tous les détails.

Le groupe d’Opale entre en scène et s’installe. Nous sommes concentrés pour ne rien rater.

La musique commence mais je ne la reconnais pas ! Je suis loin de la scène et toutes les petites filles sont coiffées d’un chignon et portent le même costume.

Leur passage est court et se termine sans que je sache si j’ai vu ma fille.

Je suis hyper déçue.

Les garçons disent l’avoir reconnue. Bon…

Heureusement, je la reconnais lors du final et ne la lâche pas des yeux !

Ce soir a lieu la représentation de théâtre d’Adémar. Nous avons déjà eu un petit aperçu de ses talents de comédien lors d’une porte ouverte en février. J’ai hâte d’y être. Je suis certaine qu’il va m’épater !

Je suis vraiment contente de les voir dans d’autres contextes que le quotidien. Je les trouve tellement grands à chaque fois. Je crois que c’est ce qui m’émeut aussi. Je me rends compte qu’ils grandissent chaque année à cette période finalement.

Alors à chaque spectacle je regarde autour de moi et cherche à voir si les autres parents sont si émus eux aussi. Mais j’ai l’impression d’être la seule dans ce cas là !

Je suis peut être trop émotive !

En tout cas, chaque année ils me font pleurer de joie et quelque chose me dit que ce n’est pas près de s’arrêter. ♥♥♥♥

 

 

 

3- Hélène, maman de jumeaux de 4 ans!

Hélène a 39 ans et est maman de 2 garçons monozygotes, Camille et Valentin qui ont 4 ans et demi.

image2Crédit photo: Xavier Lecointe

Elle est investie dans l’association Jumeaux et Plus et a accepté de partager son expérience de maman de jumeaux sur mon blog.

Voici son histoire:

Comment as-tu découvert ta grossesse multiple?

Lors d’une écho pour valider la grossesse mais vu les sensations, j’avais dit à mon mari qu’il n’y en avait plus qu’un. même si j’en étais intimement persuadée, l’émotion était là pour nous 2 quand nous avons vu l’écran.

Comment s’est déroulé ton suivi de grossesse?

C’était une grossesse monochoriale-biamniotique (1 placenta, 2 poches) donc le suivi était tous les 15 jours.

A environ 3 mois de grossesse le STT (syndrôme transfuseur-transfusé) a été décelé, une opération au laser a été pratiquée ce qui a engendré une échographique hebdomadaire jusqu’à la fin de la grossesse.

Nous avons vécu aux rythmes des alertes et des bonnes nouvelles jusqu’à la fin. Une grossesse éprouvante physiquement et psychologiquement mais j’ai été bien entourée ce qui m’a aidée à tenir.

Raconte-nous la naissance de tes enfants.

J’ai été hospitalisée la veille de leur naissance pour tenter d’arrêter les contractions mais la poche des eaux s’est rompue à 3h du matin.

A cause de produits qui m’avaient été administrés pour tenter de stopper les contractions, le travail fut un peu long.

.Ils sont arrivés à 16h puis 16h05. J’ai pu accoucher par voie basse ce qui n’était pas gagné : ce n’est pas préconisé dans le cas d’une opération au laser.

La salle de césarienne était prête mais je voulais à tout prix l’éviter. Au moment d’accoucher, le premier donnait des signes de fatigue, il fallait y aller.

Ils ont installé les étriers puis les ont retirés. Ma voisine a fait une hémorragie de la délivrance au même moment.

C’était la panique pour nous mais aussi pour l’équipe.  Il a fallu appeler du personnel en urgence et j’ai finalement accouché avec une équipe réduite.

Camille est directement parti avec le pédiatre car il avait un peu de mal à respirer mais c’est rapidement rentré dans l’ordre.

Valentin est arrivé « coiffé » : dans sa poche de liquide amniotique. J’ai pu l’avoir quelques minutes sur moi avant qu’il rejoigne son frère dans la couveuse.

Ils sont arrivés à 32Sa + 4. Certes trop tôt mais une jolie victoire pour moi. J’ai failli accoucher de nombreuses fois dès 25 SA.

À 4 jours près, ils ne sont pas « grands prémas »

 Peux-tu nous décrire ton séjour à la maternité?

Le CHU était déjà une seconde maison depuis l’annonce de ma grossesse.

Entre les Échos, les monitorings, le laser, les hospitalisations, j’y venais entre 1 et 3 fois par semaine. J’ai plutôt bien vécu cette période même si je n’étais pas au même étage que mes bébés. Ce fut plus dur de rentrer sans eux au bout d’une semaine. Ils sont restés 1 mois en néonatalogie.

image1

 As-tu allaité ou as-tu donné le biberon?

Les 2 ! J’ai tiré mon lait pour le donner à la sonde puis au biberon car ils n’avaient pas la force de téter au départ. J’ai tenu 2 mois avec mon lait exclusivement puis on a fait un mixte, ce qui a engendré la fin de ma lactation.

 Peux-tu nous dire quelques mots sur les premiers mois avec les bébés?

L’impression d’une bulle temporelle, j’en ai un très bon souvenir.

J’ai passé 8 mois et demi non stop avec eux, et j’ai adoré voir les progrès jours après jours. Malgré la prématurité, ils n’ont eu aucun soucis de santé. Seul passage compliqué, vers 3 mois, ils ne faisaient toujours pas leurs nuits. A cause de la fatigue, je suis tombée d’épuisement dans l’escalier et je me suis cassé le bras. Mais ils ont dû ressentir ma fatigue car 15 jours après ils faisaient leurs nuits !

 As-tu repris le travail à la fin de ton congé maternité?

Oui j’ai repris en 4/5ieme quand ils avaient 8 mois et demi.

 Tes multiples sont-ils ensemble ou séparés à l’école?

Ce choix est-il le vôtre, celui des enfants ou a t-il été fait par le personnel enseignant?

Si tes enfants ne sont pas encore scolarisés, as-tu déjà des souhaits?

J’ai choisi une toute petite école qui n’a que 2 classes (PS -> CP et CE1->CM2).

Je ne voulais pas que l’on m’impose une séparation! Il y a d’ailleurs beaucoup de jumeaux dans cette école! L’inconvénient c’est que si ça devient nécessaire, nous devrons les changer d’école.

 Comment se passe la gestion de ton quotidien depuis que tu as des multiples?

Ce n’est pas les multiples qui changent mon quotidien mais le fait d’avoir des enfants! Je suis passée de 0 à 2 enfants d’un coup donc à moi la joie des lessives, des repas et des courses. Les multiples m’ont surtout apportée la joie de découvrir l’association Jumeaux et plus qui m’a beaucoup aidée pendant la grossesse.

J’ai donc choisi de m’y investir quand j’ai sorti la tête de l’eau.

Ça fait maintenant presque 4 ans que je suis au CA.

 Qu’est ce que t’a apporté le fait de devenir maman de multiples?

Le fait de ne plus avoir de prénom : je suis la maman des Jumeaux  !

image2

 Avec le recul que tu as, quelle est la chose la plus difficile selon toi?

Accepter le fait que je compte moins que leur frère à leurs yeux.

image1

 

Crédit photo: Xavier Lecointe

Merci beaucoup Hélène pour ton témoignage !

Si vous voulez participer, envoyer-moi un mail à :

trottinettesetturbulettes@gmail.com

 

 

2 – Erika, maman de jumeaux de 17 mois !

Erika a 34 ans et est maman de trois enfants : Arthur, 6 ans et Iris et Gabriel, 17 mois.

J’ai rencontré Erika il  a quelques mois. Elle m’a laissé un message sur mon blog quelques semaines après sa création.

Elle était enceinte de jumeaux prévus pour le 4 février 2017. Le terme de ma grossesse était le 5 février 2017. Nous accouchions dans la même clinique et les sexes des bébés restaient inconnus jusqu’à la naissance pour nous deux.

Beaucoup de points communs au départ pour qu’une belle amitié naisse entre nous.

Elle a été d’un soutien rare.

Depuis notre rencontre, nous nous parlons tous les jours (ou presque !).

Alors c’est tout naturellement qu’elle a accepté de répondre à mes questions avec un joli récit décrivant son parcours.

Voici son histoire:

Comment as-tu découvert ta grossesse multiple ?

La découverte de ma grossesse multiple n’a pas été réellement une surprise. En effet, après 3 ans de tentatives infructueuses nous avons eu recours à une FIV. Lors du transfert, mon gynécologue a positionné 2 embryons pour multiplier les chances de réussite.

Nous imaginions qu’un embryon allait peut être se développer mais deux, ça nous semblait complètement improbable!

12 jours après le transfert des embryons, je fais une prise de sang afin de vérifier si une grossesse est en cours. Je n’avais absolument aucun symptôme (exceptés quelques tiraillements en bas du dos), donc peu d’espoir. Alléluia!! Prise de sang positive! Je suis au travail au moment où je l’apprends, les résultats arrivant sur ma boite email. Je dois donc contenir ma joie et rester concentrée à mon travail (autant dire impossible !).

Lors de l’écho de contrôle ( J’étais assez pessimiste en y allant, en me disant qu’il y aurait sans doute un problème car nous cumulions les mauvaises nouvelles depuis quelques temps), j’ai bien vu 2 gros œufs sur l’écran qui était devant moi ! J’ai demandé à l’échographe de suite car j’étais impatiente de savoir si j’interprétais bien l’image. Il m’a bien confirmé qu’il y avait 2 embryons en développement. J’ai tout de suite prévenu Maxime qui n’avait pas pu m’accompagner!

Très grande joie pour nous!

Nous avions imaginé notre famille avec 3 enfants et au vu des difficultés rencontrées, nos espoirs diminuaient et nous pensions que jamais cela ne serait possible.

Comment s’est déroulé ton suivi de grossesse ?

Mon suivi de grossesse s’est bien passé. J’ai passé mes échos et fait mes prises de sang mensuelles à la polyclinique.

J’avais aussi pris contact avec les sages-femmes (cabinet de Vallet) qui m’avaient accompagnée pour Arthur. Bénédicte, très douce et à l’écoute venait à la maison toutes les semaines à partir du 6ème mois de grossesse pour faire un monitoring.

164203969c32a764a4c9524432250755346a44e5c9105317eec52643d91890321c16ac38

(5 mois et demi de grossesse)

Ce moment privilégié avec elle me permettait également de lui poser toutes mes questions, et nous échangions sur différents sujets que je n’osais pas toujours poser/aborder avec mon gynécologue. En effet, c’est un « personnage » qui parle peu, et reste très succinct dans ses réponses. J’avais toujours peur de lui poser des questions ridicules… C’était plus facile et naturel avec Bénédicte.

J’ai également participé à quelques cours de préparation à l’accouchement avec 2 autres mamans pour qui c’était la 2ème grossesse comme moi.

J’avoue m’être désistée à plusieurs reprises, n’ayant pas le courage d’y aller car des douleurs et des contractions étaient présentes.

A ma visite du 6ème mois, mon col était légèrement ouvert, du coup il fallait que je limite au maximum mes déplacements en voiture. Puis, nous avons diagnostiqué chez moi une cholestase gravidique (maladie du foie liée à la grossesse qui entraine de fortes démangeaisons), qui a engendré un déclenchement précipité de mon accouchement.

Raconte-nous la naissance de tes enfants.

J’ai toujours dit que je ne voulais pas que mes enfants naissent à noël ! Étant moi-même du 25 décembre.

Bingo, le 23 décembre mon gynécologue m’appelle pour me dire que ma prise de sang est mauvaise et qu’on va provoquer mon accouchement! Il nous demande de venir rapidement à la clinique pour nous en dire plus.

J’étais exactement à 35 semaines et 3 jours de grossesse. Je m’étais fixée pour objectif d’atteindre 36 semaines. J’y étais presque….

Nous arrivons assez détendus à la clinique vers 18h30/19h et là le gynéco nous explique la situation : « Bon, votre cholestase gravidique devient trop importante il y a un risque de perdre les bébés. Je recommande donc de vous accoucher dès demain matin  avec contrôle monitoring toutes les 2h cette nuit! »

Il nous explique qu’il y a un risque que les bébés ne respirent pas tout seuls à la naissance puisqu’à 35 semaines les poumons ne sont pas encore tout à fait formés. Qu’en cas de faiblesse respiratoire, ils pourraient être transférés au CHU de Nantes car la polyclinique est équipée pour recevoir les bébés à partir de 34 semaines seulement si aucune pathologie particulière n’est détectée à la naissance.

Nous sommes un peu retournés par cette nouvelle mais tellement euphoriques à l’idée de voir nos bébés (bien mérités). J’ai hâte que les souffrances de grossesse cessent!

Je pense que nous ne nous rendions pas trop compte des risques à ce moment-là.

Le samedi 24 décembre à 7h30 je me rends en salle d’accouchement, et on me perfuse de l’ocytocine afin de mettre en route le travail. C’est noël, les équipes sont réduites et tout le monde parle de son réveillon.

Mon gynécologue censé être en vacances revient exprès pour moi ce jour-là. Tout se passe plutôt bien et je suis surprise de la rapidité du travail. A 13h30 je suis prête à pousser mais on me dit d’attendre car le gynéco est à la cafet’ (pause dej’ oblige).

A 13h57 Gabriel pointe le bout de son nez, il pèse 2.090 et mesure 45 cm.

A 14h, c’est au tour de Mlle Iris, 2.100kg et 45cm.

Gabriel nait la tête la première et pleure immédiatement, on le met sur moi.

Iris arrive en siège et est un peu secouée car je n’ai pas poussé. Pour le 2ème bébé c’est le médecin qui va le chercher directement avec ses mains, car il faut d’abord percer la poche des eaux…etc (je vous passe les détails). Elle ne pleure pas et la pédiatre l’emmène pour s’occuper d’elle.

Ouff quelques minutes plus tard notre Iris revient et tout va bien.

15871958_10154718257990056_9148136051693311334_n

40679265471ca155f168aa6e9b5a6f7a53c636d702b80780c6812d13638f21d9b3cc41a8

8447038630676851d9d440e12f34cf9486b3cca75c5abf5895de7799c9f0a8a03d232465

Nous sommes les plus heureux du monde !

Peux-tu nous décrire ton séjour à la maternité ?

LONG !

Je suis restée 12 jours à la maternité.

42357832c5e62b1a08443cddff91fdc7f6fb0d740913fa5872aabe8c8c6c3c3cc2c00414

Vraiment contente de rentrer malgré mon séjour au sein de l’unité Kangourou de la polyclinique (accompagnement et services privilégiés, chambres plus grandes…).

J’en avais marre des va-et-vient incessants dans ma chambre de toutes ces personnes différentes…

Au fur et à mesure du séjour leur bienveillance à mon égard s’est amenui…

Les puéricultrices ont même refusé de prendre Iris et Gabriel en nurserie les 2 dernières nuits car il fallait que je laisse la place aux autres bébés. Bon…. Je voulais pourtant récupérer au maximum car je savais que le retour à la maison serait difficile et fatiguant. Je pensais au peu de sommeil qui m’attendait.

Une chose marquante aussi durant ce séjour c’est ma montée de lait!! En fait, jamais je n’aurais imaginé que cela fasse aussi mal, et m’empêche même de dormir. A l’époque d’Arthur, les médecins nous donnaient un comprimé qui empêchait cette montée de lait, je ne connaissais donc pas cette sensation et ces douleurs.

Maxime était en vacances donc c’était idéal. Il me rejoignait le matin et passait la journée avec moi.

Arthur est venu me voir à 3 reprises, la 1ère fois en néonatalogie, le lendemain de l’accouchement alors que je réalisais mon 1er peau à peau avec les loulous.

209137646281c67cb9073f88c872edf181bcb50bc4b5432255057fce868e7f93efd28da0

Je me rappelle de son regard émerveillé et tout attendrissant envers Iris et Gabriel. C’était trop mignon!

Seuls les parents et la fratrie sont autorisés à pénétrer dans le service néonat. Pour les autres visiteurs, ils peuvent apercevoir les bébés derrière une vitre qui donne sur les boxs.

Mes bébés sont restés 5 jours en néonatalogie puis en couveuse dans ma chambre pendant 2 jours. Gabriel n’arrivait pas à téter tout seul au départ, il a donc été nourri par sonde pendant 24h.

032167931a628b6e8096dbec6891687f3564b3c5912a834b91eba5fbf6d94ec026f796f4

Mais globalement ils se sont vraiment bien adaptés dès leur naissance.  J’en garde un très bon souvenir!

Nous avons donc fêté Noël, mon anniversaire et la nouvelle année 2017 à la maternité! L’année commençait bien.

861607876910c21663f6ba253add84f12e1535925a5f83306f0f3b1d207cee9542d71fc1

As-tu allaité ou as-tu donné le biberon ?

Ma sage-femme m’avait encouragée à participer à un atelier sur l’allaitement au cours de la grossesse. Chose que j’ai faite avec la PMI de Clisson. Mais l’atelier ne m’a pas vraiment donné l’envie d’allaiter.

En effet, les mamans présentent ce jour-là venaient pour avoir des conseils car leur allaitement se passait mal, ou pas comme elles auraient voulu. Du coup l’échange a été très négatif pendant 2h. Nous n’avons parlé que des désagréments.

J’aurai voulu entendre aussi le côté positif et le lien que l’on peut tisser avec ses enfants.

Bon je n’étais pas très convaincue d’avance, donc je suis restée sur mon idée 1ère de donner le biberon. D’autant plus que l’allaitement était une découverte complète, je n’avais pas allaité Arthur. Avec 2 enfants j’avais peur que cela m’épuise. Et puis le fait d’être en permanence collé à mon bébé, je crois que ce n’est pas pour moi!

490012585149c80372300e9848c79c6d4cfda2b92b272e6f54342186da699c8f99554520

Le biberon permettait aussi que Maxime prenne le relais et c’était plutôt rassurant de savoir que je n’étais pas toute seule à gérer.

Peux-tu nous dire quelques mots sur les premiers mois avec les bébés ?

Pour dire vrai, je ne me souviens plus très bien en détail des 3 premiers mois.

En revanche, ce qui m’a marqué reste le rythme effréné jour/nuit.

Au départ, pendant 1 mois nous avons fait dormir Iris et Gabriel dans notre chambre et dans le même lit. On sentait leur besoin d’être en contact. Dès qu’un bébé se réveillait, nous réveillions l’autre pour enchainer les 2 biberons et pouvoir se recoucher rapidement.

07642637c96f02d07900a80846b045125db2624d0be2a09c6c09639a662f63ec369d2ae1

Heureusement Maxime n’a pas besoin de beaucoup de sommeil pour être en forme. Donc il m’aidait bien la nuit! Il préférait le biberon de 4h et moi celui de minuit donc parfait nous avions trouvé notre rythme.

Il a d’ailleurs pu prendre son congé paternité quasiment dès mon retour de la maternité, ce qui a simplifié notre organisation. En effet, Arthur avait repris l’école, il fallait aussi gérer les allers/retours le concernant.

Après quelques semaines, nous avons décidé de ne plus réveiller systématiquement le 2ème bébé (cela nous faisait trop mal au cœur) et de le laisser se réveiller à son rythme. C’est à ce moment-là également que nous les avons installés dans leur chambre au RDC. Mais c’est aussi à ce moment-là que la fatigue s’est accumulée.

Je me souviens de la 1ère visite chez la pédiatre, c’était 15 jours après notre retour, courant janvier et ce fut la journée la plus froide de l’hiver 2016/17, il faisait -7C à l’extérieur. J’avais tellement peur qu’ils attrapent froid que je les avais couverts un maximum!

La puéricultrice de la PMI de Vallet venait nous rendre visite toutes les semaines (dès le lendemain de notre retour à la maison et jusqu’à leur 6 semaines) pour les peser, nous donner des conseils sur leur alimentation, leurs petits bobos….etc.

C’est la procédure je crois en cas de naissance multiple.

Il faut savoir qu’Iris a eu très vite des troubles digestifs et nous avons dû changer au moins 5 ou 6 fois de lait avant de trouver le bon, avec à chaque fois des complications au niveau du transit.

Gérer 2 laits différents c’était un peu complexe, alors à chaque fois Gabriel s’adaptait au lait de sa sœur.

J’ai trouvé ça rassurant car mes bébés étaient suivis toutes les semaines, mais en même temps je me sentais comme « surveillée ».

La puéricultrice regardait nos moindres faits et gestes avec eux.  On se sentait un peu jugés. Comme si elle était envoyée pour vérifier qu’on ne les maltraitait pas.

Avec le recul, je suis contente d’avoir pu passer tout ce temps avec eux, à leur côté à regarder leurs « mimiques » pendant qu’ils dormaient. Je ne sais pas combien de photos j’ai pu prendre lors des 1ers mois mais sans doute beaucoup trop!

As-tu repris le travail à la fin de ton congé maternité ?

Mon congé maternité se terminait le 10 juillet exactement. Je m’étais dit que je laisserais passer l’été avant de commencer mes recherches en septembre. Cependant, une opportunité s’est présentée à moi en mars (merci à mes copines Juju et poupouz 😉)!

J’ai décidé de la saisir car c’était pour travailler dans le milieu de la puériculture, dans une entreprise pour laquelle j’avais déjà travaillé, sur un poste en CDI qui me plaisait.

A l’issue de mon congé maternité j’ai donc repris à temps plein. J’avais un peu peur de l’organisation et de ne pas réussir à gérer toute l’intendance à la maison mais finalement ça s’est bien fait.

Ce qui m’a fait dire oui aussi, c’est que j’avais confiance à 200% en ma nounou, donc aucune inquiétude pour mes bébés ! Et ça c’est très important. J’étais prête à reprendre, à confier Iris et Gabriel, à refaire fonctionner mon cerveau, cela a été une vraie bouffée d’oxygène pour moi ! Je ne regrette vraiment pas d’avoir fait ce choix.

Les 1ères semaines je trouvais du repos au travail : du calme, du temps pour moi (repas du midi, pauses, discussion avec les collègues), j’étais assise toute la journée ! Des petits moments à moi vraiment ressourçant.

J’avoue que le rythme est quand même assez soutenu puisque je gère les enfants le matin (petit dej, habillage..etc) et le soir en rentrant (les bains et repas) puisque le travail de Maxime ne lui permet pas de rentrer avant 18h45-19h, l’heure à laquelle je suis en train de leur donner à manger.

Je ne dois pas oublier de prévoir le goûter d’Arthur quand il a sport, ni de l’inscrire au centre de loisirs, je dois regarder chaque jour les mots de la maitresse dans la pochette de liaison et y répondre si besoin,…etc.

L’année prochaine c’est le CP et donc le début des leçons, j’espère que nous y arriverons!

Tes multiples sont-ils ensemble ou séparés à l’école?  Ce choix est-il le vôtre, celui des enfants ou a t-il été fait par le personnel enseignant ?

Si tes enfants ne sont pas encore scolarisés, as-tu déjà des souhaits ?

Concernant leur scolarité, je pense que je les laisserai choisir. En même temps,  nous habitons une petite commune et il y a 1 classe par niveau en général donc ils se retrouveront probablement ensemble.

Je pense (peut être que je me trompe) que Gabriel aura plus besoin de la présence de sa sœur que l’inverse. Nous l’avons déjà constaté depuis leur naissance. Il sera plus vite déstabilisé en son absence. Iris est plus indépendante, plus « zen » mais garde toujours un œil sur son frère qu’elle protège!

Comment se passe la gestion de ton quotidien depuis que tu as des multiples ?

Je dirai que nous avons une organisation presque militaire. Plus de place aux imprévus, ni aux décisions de dernières minutes. Tout doit être calé à l’avance sinon ce n’est pas possible, on ne s’en sort pas et on s’épuise. On doit tout anticiper, bien regarder s’il reste suffisamment de purée pour lendemain sinon en refaire, idem pour le linge.

Le matin j’ai 20 min pour habiller les 3 enfants donc si je commence à chercher où sont les vêtements (propres, pas propres?, dans la lingerie, dans la chambre?), c’est ingérable, tout doit déjà être prêt !

Il y a suffisamment d’évènements qu’on ne maitrise pas à l’avance (un bébé qui a de la fièvre en se levant le matin, un vomi sur ma tenue que je dois changer à la dernière minute…)

Avec UN SEUL bébé on peut gérer l’imprévu et y faire face, avec 3 enfants dont des jumeaux NON! Ça peut vite devenir un cauchemar.

Qu’est-ce que t’a apporté le fait de devenir maman de multiples ?

Leur naissance m’a apporté beaucoup de bonheur et surtout beaucoup d’amour (X2)!!

bty

IMG_6574

bty

Je crois que les difficultés rencontrées lors de la 1ère année m’ont rendue plus forte, plus résistante mentalement et physiquement. L’organisation et la planification n’ont plus de secret pour moi maintenant ! 😉

Je suis désormais une maman comblée et très fière de mes 3 enfants. Je pense avoir trouvé une certaine sérénité.

Avec le recul que tu as, quelle est la chose la plus difficile selon toi?

Je dirai que le plus difficile à gérer a été la fatigue et le non-stop du quotidien. En effet, je ne pensais pas pouvoir être aussi fatiguée un jour. Mais mon corps a tenu le coup !

Je pense que c’est l’instinct maternel ; on ne se pose pas de question.

IMG_3418

Même si on n’en peut plus, on fait tout pour que nos enfants soient bien.

On a essayé de les laisser pleurer car on se sentait à bout de force, mais impossible ! C’est plus fort que tout, au bout de 5 minutes on va voir ce qui ne va pas et on essaie de les calmer. Je me souviens voir l’heure des biberons approcher, et me dire que je n’allais pas y arriver, pas la force ni l’énergie de préparer 2 biberons et de les donner.

Avec le recul je me dis que ce n’est pas grand-chose pourtant. Mais à cet instant ça me paraissait être une montagne ! Il faut dire qu’au départ c’est 8 biberons / jour par 2 bébés, soit 16 biberons en 24h, et la même chose pour les couches !

946823111b518fc4142cdbaf1428873a96a2cd1520184b925f95b6415afd4ac9a8bd58fd[1]

Ce qui est dur aussi c’est notre vie que l’on met entre parenthèses pendant plusieurs mois. On retrouve davantage de loisirs et de sorties depuis leurs 1 an. Ils grandissent et on est plus à l’aise pour les emmener un peu partout.

Mais dès que l’on veut faire une activité ou voir des amis il faut réfléchir à l’organisation : c’est à quelle heure? Faut-il leur prévoir un repas X2 ? Des vêtements de rechange X2 ? Les lits parapluies X2 ? Est-ce qu’on les laisse plutôt à la maison avec une baby sitter pour profiter?  Oui mais à quel prix ?!

Avec UN enfant on peut se relayer pour s’en occuper. Avec des jumeaux ce n’est pas possible on sait que toute la soirée nous aurons « au moins » un enfant à surveiller en permanence. Donc des fois nous préférons ne pas sortir plutôt que de galérer, se fatiguer et ne pas pouvoir suivre les conversations.

De plus, ils seront fatigués également et il faudra donc supporter le lendemain des enfants grognons et des moments de tensions désagréables.

Tout est réfléchi, planifié. En fait notre cerveau n’est jamais au repos.

Arthur a également souffert de l’arrivée soudaine de 2 bébés! Cela a bouleversé son quotidien, et son statut de « roi ».

Il était très heureux d’avoir un frère et une sœur mais j’avais vraiment très peu de temps pour lui (ce qui est toujours le cas aujourd’hui), et il a donc dû apprendre à faire des choses par lui-même, sans maman. Cela me manque parfois les petits moments que nous avions tous les 2!

C’est vrai que la relation fusionnelle que nous avions jusque-là a un peu volé en éclat…

Un grand merci à Athéna pour son blog que j’ai adoré lire pendant ma grossesse et que je continue à suivre avec toujours autant de plaisir !

◊◊◊

Je remercie beaucoup Erika pour le partage de son joli récit.

N’oubliez pas que si vous voulez aussi participer, vous pouvez m’envoyer un mail à:

trottinettesetturbulettes@gmail.com

 

 

 

 

 

1- Athéna, maman de triplés de 8 ans !

Je vous présente aujourd’hui ma nouvelle rubrique dans laquelle des mamans acceptent de raconter leur expérience de la maternité multiple.

Tout au long de ma grossesse triple, je me suis nourrie de témoignages de différentes mamans et de leurs parcours tous plus riches les uns que les autres. J’avais besoin de comprendre ce qui allait m’arriver, besoin de me rassurer aussi.

Je me rends compte aujourd’hui que j’aime toujours autant lire des témoignages de mamans de multiples et partager mon expérience, c’est pour cette raison qu’une fois par semaine, je publierai des écrits de mamans de jumeaux, triplés ou même plus, qui sait?

J’ai donc joué le jeu et répondu à mes propres questions. J’ai prévu d’écrire deux articles différents. Le premier qui concerne l’arrivée d’Opale, Balthazar et Adémar et le second, pour l’arrivée de Marthe et Édith.

Je démarre donc cette rubrique en partageant avec vous l’histoire de ma triple team !

La découverte de ma grossesse multiple:

Pour être totalement transparente, ma grossesse n’était pas planifiée. Elle a démarré quand Zéphir avait 5 mois, je me mariais deux mois plus tard et passais mon diplôme dans la foulée.

Les deux premiers mois ont été très difficiles. J’ai été arrêtée à trois semaines de grossesse tellement j’étais malade et à bout de force.
Le 20 mai 2009, je passais ma première échographie. Je n’y allais pas très sereine. J’étais tellement malade que j’avais le sentiment d’attendre des jumeaux. J’étais excitée (d’imaginer accueillir deux bébés ) mais à la fois un peu inquiète.

J’avais pris rendez-vous directement à la maternité dans laquelle je m’étais inscrite pour accoucher. Vous savez, le genre de maternité de niveau 2 où on peut accoucher le plus naturellement possible.

La gynécologue qui nous a reçus démarrait juste sa carrière. Elle était jeune et pleine d’entrain.

Je me souviendrai toute ma vie du moment où elle a posé la sonde sur mon ventre et où dans la seconde qui a suivi, j’ai aperçu deux poches ! C’était très clair. Je lui ai dit :

« Oh !!! Il y a deux poches ! »

Elle m’a répondu :

« Non !!! Il y en a trois ! » et elle a retiré la sonde pour respirer.

021. 1ère écho.jpg

20 mai 2009

Je me souviens avoir pleuré. Je ne comprenais pas trop ce qui m’arrivait. Et dans les deux minutes après qu’elle nous ait annoncé la nouvelle j’ai commencé à être inquiète. Je ne m’inquiétais pas de l’avenir ni de l’organisation mais d’une potentielle anomalie sur l’un des foetus.

L’échographie a duré une heure trente. Elle a mesuré et remesuré les clartés nucales et les longueurs crânio-caudales. Elle voulait être certaine de ne pas se tromper de foetus.

Après l’écho, elle nous a expliqué qu’il ne fallait pas que l’on s’inquiète car la réduction embryonnaire était tout à fait possible dans le cas de triplés et que l’obstétricienne vers laquelle elle nous envoyait était très compétente et nous expliquerait bien le déroulé du geste.

Je suis ressortie du rendez-vous choquée, inquiète mais aussi et contre toute attente hyper fière de ce que mon corps avait réussi à créer.

Sur le chemin du retour, j’ai reçu un appel du CHU. Ils me donnaient rendez-vous une semaine plus tard pour une échographie dite de chorionicité avec LA spécialiste des grossesses à haut risque du grand ouest.

Après l’annonce à nos familles et amis, j’ai pris le temps de réfléchir à cette nouvelle vie qui nous attendait. Seule. Dans ma bulle sans écouter les conseils divers et variés de nos proches. Conseils souvent dépourvus de sens tant l’inconnu était palpable pour toutes les personnes qui nous entouraient. Je me demandais ce que la spécialiste allait nous dire. Et je ne comprenais pas pourquoi elle nous avait parlé de réduction embryonnaire.

La semaine suivante, nous nous sommes rendus dans ce service de grossesses à haut risque. Je me souviens m’être sentie parachutée dans un monde que je ne connaissais pas. Mon sentiment était hyper ambivalent.

Dans la salle d’attente, j’ai discuté avec des femmes enceintes. Certaines avaient des fœtus qui présentaient de grosses malformations. Leur suivi était intense et des opérations étaient prévues à la naissance. J’avais presque l’impression d’être chanceuse et en même temps je ne comprenais pas trop ce que je faisais là:

« Mes bébés vont bien, moi aussi, aucune raison d’être ici ! »

La spécialiste nous a reçus dans une salle d’écho, entourée de tout un bataillon d’internes et d’étudiants, …

Elle ne nous a pas adressé la parole. Elle a commencé son écho, je me sentais comme un objet utilisé pour l’apprentissage de tous ces soignants en formation. Je me souviens avoir presque fait un malaise sur la table mais elle était tellement concentrée et froide que je n’osais même pas lui dire que ça n’allait pas.

A la fin de l’examen elle nous a dit:

 » Bon c’est parfait. C’est une grossesse triple, trichoriale, triamniotique , la meilleure configuration possible pour la réduction embryonnaire. »

A ce moment là je me suis sentie agressée.

Agressée de mots que je ne connaissais pas, que je ne comprenais pas. J’ai donc essayé d’en savoir plus. Et c’est à ce moment là qu’elle nous a enfin expliqué qu’il y avait trois placentas ( trichoriale ) et trois poches ( triamniotique ).

C’est la configuration la moins risquée des grossesses multiples. Chaque fœtus est indépendant.

Elle nous a expliqué pourquoi nous n’avions pas d’autres choix que d’avoir recourt à la réduction embryonnaire : risques de prématurité, risques de mortalité in utéro, risques de mortalité maternelle, ….

Tant de jolies choses à penser !

Après lui avoir expliqué notre refus elle nous a dit:

« Bon c’est vous qui décidez. Votre terme est le 10 décembre mais ce sera déjà bien si vous atteignez début octobre. »

Le suivi de ma grossesse triple:

Le suivi de grossesse pour des multiples est déterminé après ce fameux diagnostic de chorionicité. Une grossesse gémellaire bichoriale biamniotique sera moins suivie qu’une grossesse monochoriale biamniotique par exemple.

Mes rendez-vous ont été posés jusqu’à la date prévue d’accouchement. Je devais venir toutes les trois semaines pour une échographie et le suivi gynéco. Elle a fait en sorte de rassembler mes rendez-vous afin que j’aie le moins de route possible à faire.

J’ai dû m’aliter très tôt afin d’éviter de solliciter le col et à partir de 26 semaines, une sage-femme venait faire des échos à domicile.

IMGP0253.JPG

Juin 2009. 3 mois de grossesse

En septembre, les choses se sont corsées. Mon col était très raccourci, elle a donc décidé de m’hospitaliser. On était le 14 septembre ! Comme je suis née le 15, elle m’a laissé rentrer pour préparer mes affaires et passer la soirée en famille.

Je me souviens avoir peu dormi. J’étais tellement triste de devoir quitter Zéphir et en même temps tellement inquiète de potentiellement accoucher trop tôt. J’étais à 29 SA et même si je savais qu’au CHU ils prenaient en charge les bébés nés à partir de 25 SA, je n’arrivais pas à me rassurer sur le bon déroulé de la suite des événements.

Les trois semaines qui ont suivi ont été rythmées par de nombreuses échos, de nombreux examens, un repos forcé, et les allers retours du personnel soignant et de sa brigade d’étudiants !

J’avais fait une cure de corticoïdes pour le développement des poumons des bébés et j’étais continuellement sous traitement contre les contractions.

J’ai souvenir que j’étais douloureuse en permanence.

IMGP0615.JPG

29 septembre 2009. 6 mois et demi de grossesse.

Durant mon séjour j’ai fait la rencontre d’une sage-femme super qui m’a beaucoup aidée à relativiser. Je savais que je pouvais lui poser des questions moins médicales afin de me rassurer sur tous les aspects de maternage qui m’intéressaient à l’époque: allaitement de multiples, organisation des multiples dans les différents services accueillant les prématurés, accouchement triple, relation parents/bébés prématurés…

Je crois que ça m’a permis de gagner en sérénité et de rester optimiste.

J’ai beaucoup insisté auprès de ma spécialiste pour accoucher par voie basse. Au CHU de Nantes, ça ne se fait pas. Le chef de service pense qu’il vaut mieux faire une césarienne afin d’éviter les complications. ( diverses et variées…)

Mais comme j’avais décidé que je ne voulais pas de césarienne et que j’étais probablement très insistante, elle m’a fait une écho pour déterminer la position des bébés. Balthazar était en présentation transverse, ce qui signifie qu’il avait le dos contre mon col. Donc aucune autre issue que la césarienne. Mais elle m’a quand même dit qu’ils avaient encore de la place pour bouger et que tout se jouerait à la dernière minute…

Tous les espoirs étaient donc permis !

La naissance d’Opale, Balthazar et Adémar

Mes trois loulous sont nés le 9 octobre 2009 à 32 SA (7 mois de grossesse). Ce jour là, ma mère était venue déjeuner avec moi. Et, détail qui a toute son importance dans la suite de l’histoire : elle avait apporté un plat de boudin aux pommes.

Je n’étais pas affamée, plutôt écœurée. Elle m’a dit:

« Quand même Athéna! Il faut que tu manges! Quand on attend trois bébés il faut prendre des forces!  » ( Mais bon les trois bébés pèsent aussi sérieusement sur l’estomac! )

Vers 14h, je lui dis:

« Je crois que je ne me sens pas bien. Y’a un truc. Je me sens bizarre et je crois que j’ai des contractions »

J’ai donc sonné !

La sage- femme est venue m’examiner. je me souviendrais toujours de son visage inquiet lors de l’examen. Elle m’a dit :

« Bon. Vous patientez, je vais chercher un médecin. »

Très rassurant.

L’interne qui me suivait en duo avec ma spécialiste est arrivé en deux minutes. Il m’a examinée et m’a dit :

« Bon, vous êtes en travail, votre col est dilaté à 5, on vous emmène au bloc, vos bébés vont naitre ! »

IMGP0666.JPG

2h avant leur naissance

Je me suis mise à pleurer ! Mais non, c’est pas possible, leur papa n’est pas là, il a plus de 35 minutes de route pour me rejoindre, et c’est trop tôt pour qu’ils naissent! »

Finalement il a eu le temps d’arriver avec Zéphir pendant qu’ils me préparaient pour l’intervention.

J’ai câliné mon fils, lui ai dit que je l’aimais et que tout allait bien se passer. Je l’ai regardé partir par la fenêtre avec ma maman qui avait attendu son arrivée.

L’accouchement par voie basse n’a pas été discuté, ma spécialiste n’était pas là pour s’en charger et il n’a même pas été question de faire une écho pour voir si Balthazar avait bougé.

Ils m’ont expliqué qu’ils allaient me faire une anesthésie générale. J’ai refusé ! J’avais peur de me réveiller et d’apprendre qu’un bébé n’allait pas bien ! Mais comme je faisais des malaises en restant plus de cinq secondes allongée sur le dos, ils ont dû incliner la table sur le côté donc forcément c’était moins confortable pour eux.

Il y avait dans le bloc, un nombre incalculable de soignants. Ils me parlaient tous à tour de rôle et m’expliquaient leurs missions afin de ne pas trop m’inquiéter.

J’étais un peu shootée, fatiguée, et carrément inquiète.

La personne dont je me souviens bien, c’est cet infirmier qui est resté collé à moi, la main sur mon épaule en me détaillant chaque geste de la césarienne. Je me suis sentie vraiment bien accompagnée malgré l’absence au bloc du papa. ( Il n’était pas toléré au bloc et a dû attendre l’arrivée des bébés avec les pédiatres.)

Balthazar est né à 17h29. Ils me l’ont posé contre la joue pour que je lui fasse un bisou et l’ont emmené très rapidement. Il pleurait. Ouf ! Mais il semblait si petit…

Adémar est né à 17h30. Même scénario.

Opale est née à 17h31. Elle avait du mal à pleurer. Ils l’ont emmenée en courant.

A ce moment là, je me suis sentie extrêmement seule. Je venais de donner naissance à trois bébés qu’on avait emmenés loin de moi.

J’ai vomi et revomi (le boudin aux pommes de ma mère !!!)

Leur papa m’a rejoint en salle de réveil. Il m’a montré des photos sauf que non seulement j’étais shootée mais en plus il ne savait plus qui était qui  !

Il m’a expliqué qu’ils avaient été emmenés en soins intensifs et qu’ils étaient tous les trois très vaillants à la naissance.

Mon séjour à la maternité:

Je n’ai pu les voir que 24h plus tard. Adémar était dans un « box » à part car dans ce service il n’y a que deux places par box. Mais trois jours plus tard ils ont réussi à l’installer avec Opale et Balthazar.

Les soignants m’ont emmenée en fauteuil roulant. Ils m’ont placée devant Adémar et m’ont dit.

« Voilà ! C’est Adémar ! « 

Je leur ai répondu qu’ils devaient se tromper. Car ce bébé était beaucoup trop petit pour être le mien.

Finalement, c’était bien mon tout petit bébé. Opale et Balthazar n’étaient pas plus gros. J’ai souvenir d’avoir pleuré devant les couveuses en me disant:

 » Mince, qu’ai-je donc fait? Pourquoi est-ce que ça nous arrive à nous? J’ai tout donné pendant cette grossesse mais ils sont quand même tout petits et hyper médicalisés. »

Il y avait des machines partout. Ils étaient branchés, et Opale et Adémar avaient des aides pour respirer. L’ambiance était à la fois sereine et hyper stressante.

IMGP0787.JPG

IMGP0758.JPG

Premier peau à peau. 3 jours après leur naissance.

Je suis restée 5 jours à la maternité. Ces 5 jours ont été les plus inquiétants de toute ma vie. Adémar faisait beaucoup de pauses respiratoires. A chaque visite, j’avais l’impression que les médecins allaient m’annoncer le pire. J’avais peur des séquelles, des handicaps, de la mort même. Je les voyais avec des perfusions partout, des pansements, des petits bobos. Je les sentais remplis de coliques malgré leurs 8 ml de lait toutes les 3h. J’étais impuissante et clairement, je me suis oubliée pour tenter de les aider au mieux.

IMGP0830

10 jours de vie

Quand je suis rentrée chez moi, j’ai pleuré pendant plusieurs heures. J’ai eu l’impression de les abandonner. Je me sentais dépossédée de ma maternité. J’avais accouché. J’étais douloureuse mais je n’avais pas de bébés avec moi. La seule chose qui me liait à eux était le tire-lait que je devais utiliser toutes les deux à trois heures pour réussir à les nourrir exclusivement !

Nous leur avons rendus visite de 13h à 18h tous les jours sans exception jusqu’à leur sortie cinq semaines plus tard pour Balthazar, 6 semaines plus tard pour Opale et Adémar après avoir passé trois semaines en soins intensifs puis 3 semaines en néonatalogie.

IMGP0895.JPG

IMGP1109.JPG

IMGP1067.JPG

IMGP0983.JPG

IMGP0891.JPG

Oui, Balthazar est sorti plus tôt car il était prêt. Mais nous avons beaucoup regretté ce choix. A la maison, il pleurait, il pleurait, il pleurait ! Mais quand on rejoignait Opale et Adémar, il était calme et serein…

Je pourrais écrire des pages entières sur ce que nous avons vécu durant leurs six premières semaines de vie, sur la relation que nous avions avec le personnel soignant, sur les désaccords que j’avais sur leur façon de faire avec les enfants et les parents et sur la difficulté que j’ai eue à me faire une place en tant que mère de mes enfants avec des envies et des inquiétudes.

Dans tous les cas, quand on attend des multiples on se prépare à la prématurité mais finalement tant qu’on ne l’a pas vécue on est incapable de mesurer l’impact considérable sur notre vie actuelle et future.

Allaitement ou biberon?

J’ai choisi d’allaiter mes bébés. Ça me tenait à cœur depuis que l’allaitement de Zéphir avait complètement raté. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre mais j’ai tout donné pour réussir à atteindre mon but.
24h après la naissance j’ai commencé à tirer mon lait toutes les deux heures ! Les soignants me disaient que je devais me reposer mais j’avais peur de ne pas faire de montée de lait étant donné que je n’avais pas de bébés avec moi.
Les deux premières semaines, ils étaient alimentés par sonde gastrique. Trop faibles pour téter, ils ne pouvaient pas être mis au sein.

L’apprentissage de la tétée a pris du temps. Surtout pour Opale qui avait encore du mal à prendre ses rations 5 semaines après sa naissance. Mais après avoir fait des séances de kiné, elle a commencé à bien téter.

IMGP1112.JPG

IMGP0004.JPG
C’est assez stressant l’allaitement de prématurés. Ils nous demandaient de les peser avant et après la tétée pour être certains de leurs prises.
J’ai continué à les allaiter exclusivement jusqu’à leurs trois mois.

IMGP0071.JPG

Ensuite, trop fatiguées, nous avons introduit des biberons. Le sevrage s’est fait naturellement à 6 mois.

Quelques mots sur les premiers mois avec mes multiples:

J’ai souvenir d’être dans un état de fatigue permanent. Les nuits étaient difficiles. Les journées aussi d’ailleurs. On ne vivait que pour faire grandir ces bébés et ça a duré pendant un an.

IMGP0032.JPG

Finalement je ne me souviens pas de grand chose. Comme si mon cerveau avait voulu occulter tous ces moments.

IMGP0102.JPG

IMGP0260.JPG

IMGP0186.JPG

DSC02164.JPG

A côté de ça, je vivais dans un sentiment de culpabilité permanent vis à vis de Zéphir qui était si petit. J’avais peu de temps à lui accorder.

Mais j’étais tellement fière. Je me disais que mon corps avait fait quelque chose d’incroyable et qu’ils étaient chanceux d’être tous les quatre. Qu’ils auraient toujours ce lien, cette force qu’on ne pourrait pas comprendre. Je me rassurais en me disant que  la première année était difficile mais que plus tard, ça irait mieux! ( et effectivement c’est le cas !)

Reprise du travail ou congé parental?

J’ai repris le travail en août 2015 quand Zéphir avait 7 ans et Opale, Balthazar et Adémar, 6 ans! Je ne les ai pas mis en garde en collectivité avant l’entrée à l’école. D’ailleurs, les pédiatres du CHU m’avait expliqué qu’il valait mieux les garder à la maison les trois premières années afin qu’ils n’attrapent pas trop de virus. Ils étaient quand même assez fragiles.

Avec du recul, je ne regrette pas du tout de leur avoir consacré 100% de mon temps jusqu’à leur entrée en CP. Par contre j’ai souvenir de moments de doutes, de découragement, de lassitude, de fatigue mentale et physique, d’ennui. J’avais souvent l’impression d’être coupée du monde. Je n’avais pas vraiment de vie sociale.

La première année avec des multiples est épuisante à plusieurs niveaux mais finalement ce n’est pas celle que j’ai trouvée la plus difficile. Mais celle entre 3 et 4 ans en 2012/2013. (pour plusieurs raisons, mon divorce d’une part et la confrontation vers ces petites personnes qui ont une personnalité qui leur est propre avec laquelle il faut composer. )

Le travail que j’ai trouvé après ces nombreuses années à la maison m’a apporté beaucoup personnellement. J’ai repris confiance en moi et me suis sentie compétente dans un autre domaine que la maternité.

J’avais des horaires décalées. Gweltaz a adapté son emploi du temps pour assurer avec moi le quotidien.

Malgré tout, je trouvais que le rythmé imposé était difficile. On courait tous les deux pour bosser, s’occuper des enfants et retaper notre appartement.

Ensemble ou séparés à l’école ?

Je suis très sensible au sujet de l’école. Je crois qu’aucun des parents de multiples ne devrait se faire imposer à un choix d’enseignant et qu’aucun multiple ne devrait avoir à subir de décisions extérieures sur leur scolarité.
Je reste persuadée que les parents ( même s’ils ne peuvent pas se rendre compte de tout ) sont à même d’avoir le droit de choisir pour leurs enfants.
Opale, Balthazar et Adémar ont été dans la même classe en petite et moyenne sections. La directrice de l’école, elle-même jumelle, était très à l’écoute des parents.

Suite à notre emménagement avec Gweltaz, les enfants ont changé d’école. La directrice n’avait jamais eu de triplés durant sa carrière. Elle m’a expliqué qu’elle nous laissait le choix. Au vu des changements dans notre vie et de la certitude que j’avais qu’une séparation ne serait pas bénéfique pour eux, j’ai demandé à ce qu’ils soient ensemble.

Elle a acquiescé.

Le jour de la rentrée, j’ai vu leurs noms sur trois listes différentes. Elle avait créé trois doubles niveaux dans le but de les séparer. Comme je ne voulais pas montrer aux enfants mon inquiétude et ma colère, je leur ai expliqué devant les portes que cette année, ils n’allaient finalement pas être ensemble mais qu’ils se retrouveraient dans la cour et après la classe.

Je n’ai pas osé faire de scandale. On venait d’arriver, je n’avais pas hyper envie de me faire mal voir. J’ai tenté de prendre le positif. Gweltaz m’a aidée à accepter cette décision prise à mon insu.

Les enfants sont ressortis de leur première journée enchanté. L’année s’est très bien déroulée, ils étaient heureux de se retrouver le soir.

Ils ont donc enchainé le CP et le CE1 séparés.

De notre côté ça a été très difficile à gérer :

  • 4 leçons différentes chaque soir
  • 4 cahiers de liaison à signer
  • des jours de sport différents, donc  un casse-tête quotidien pour qu’ils partent bien en tenue de sport le bon jour (sans parler des cycles de piscine avec les sacs à préparer et à laver au retour)
  • différentes sorties scolaires avec parfois les pique-nique qui s’enchaînent sur plusieurs jours… Mais jamais en même temps
  • Des réunions parents/enseignant qui tombent  le même jour à la même heure
  • Et le pire (selon moi), les spectacles de fin d’année chacun dans sa classe à la même heure ! J’ai donc dû faire des choix : « bon donc Opale je viens voir ton spectacle mais Balthazar je ne viens pas voir le tien. Adémar je verrai si après celui d’Opale je peux courir dans ta classe pour voir la fin… »

Bref, une gestion de leur scolarité très compliquée pour nous.

Mais on les sentait bien dans leurs classes et dans leur vie, ce qui était plutôt rassurant !

En  CE2, nouveau  changement d’école. J’ai rencontré la directrice en juin 2017. Elle m’a dit que les parents avaient le choix. Je lui ai répondu que j’avais déjà entendu ce discours mais qu’au final mes choix n’avaient pas été respectés et que je préférais qu’elle me dise clairement les choses dès le départ plutôt que d’avoir des surprises le jour de la rentrée!

Elle m’a rassurée.  » Ici, on écoute les parents et les enfants ! »

On avait beaucoup discuté avec Opale, Balthazar et Adémar. On estimait qu’on ne devait plus décider à leur place. Il y avait deux classes de CE2 de prévues. Il fallait donc savoir si on les mettait tous les trois ou si on faisait 2+1 et dans ce cas déterminer l’enfant seul…

Finalement ils ont discuté entre eux. Adémar voulait être seul. Balthazar et Opale étaient ok pour être ensemble.

Et le jour de la rentrée, pas de mauvaise surprise !

Ils ont passé une belle année. Opale et Balthazar ne montrent pas vraiment qu’ils sont frère et sœur et sont très indépendants. La maitresse m’a dit que la seule chose qui les liait en classe était le temps de récitation de poésie. Ils se regardent dans les yeux et se soutiennent mutuellement.

Concernant l’année de CM1 à venir, ils ont choisi d’être ensemble. Adémar n’est plus aussi motivé que l’année dernière pour être seul. Opale dit qu’elle veut forcément être avec un de ses frères et pour Balthazar toutes les possibilités sont permises.

Je suis allée discuter avec leur institutrice qui m’a expliquée que de toute façon il n’y aurait probablement qu’une seule classe de CM1 l’année prochaine. Donc dans tous les cas, ça résout le problème !

Vous n’imaginez pas à quel point ça me fait plaisir !

Comment se passe la gestion de mon quotidien depuis que j’ai des multiples?

Alors si vous vous souvenez, j’avais écrit un article là-dessus en juillet 2017. Le voici !

Il mêle mon quotidien de maman de multiples et de maman de famille nombreuse ! Cette vie à 100 à l’heure était déjà présente lorsque mes quatre « grands » étaient « petits ».

Mais mes journées se sont bien calmées depuis. Les filles ont grandi. Les grands vont à l’école seuls. Je ressens moins de pression dans les tâches à effectuer.
Je reste très organisée, mon esprit est toujours parasité par de petits détails organisationnels et je continue à anticiper beaucoup de choses mais globalement on a gagné en sérénité !

Ce que m’a apporté le fait de devenir maman de multiples :

Beaucoup d’amour ! Alors ce point concerne certainement toutes les mamans et pas seulement celles de multiples mais c’est ce qui me vient à l’esprit en premier!

IMGP0172.JPG

IMGP0122.JPG

DSC_0127.jpg

A côté de ça, accueillir des multiples m’a permis de prendre confiance en moi. Je me sens assez fière de ce que j’ai réussi à accomplir jusqu’à présent et de ce que j’ai l’impression de leur apporter. Mes enfants sont de belles personnes et je me dis que si on continue comme ça, ils deviendront des adultes confiants, heureux et respectueux.

Dans tous les cas, je reste persuadée que le simple fait de devenir maman d’enfants d’âges différents n’aurait pas fait de moi la personne que je suis maintenant.

Avec le recul quelles ont été les principales difficultés que j’ai rencontrées?

Je crois que chaque étape a été difficile et éprouvante pour moi. De la grossesse, à la prématurité, aux nuits pourries pendants plusieurs mois, aux maladies infantiles X3 ou même X4, aux sorties d’école mêlant fatigue et hurlements …

Mais si je devais en choisir une ce serait sans aucun doute la prématurité avec cette inquiétude qui ne m’a pas quittée, mais aussi la culpabilité dont je n’ai pas réussi à me défaire avant plusieurs années et la séparation anormale entre des petits êtres si fragiles et leur maman !

Voilà ! J’espère que cet article vous a plu!

Si vous avez envie de participer, envoyez-moi un mail à :

trottinettesetturbulettes@gmail.com